Au Québec, seulement 54 % des matières recyclables sont réellement recyclées, alors que la cible fixée par le gouvernement est de 70 %. Qu’arrive-t-il à ces matières que les Québécois mettent dans le bac vert ou bleu, alors qu’à travers la province, les centres de tri débordent ? C’est le sujet de notre émission de cette semaine.

Fichier audio

De nombreux citoyens se demandent en effet ce que deviennent réellement toutes ces choses qu’ils ont pris la peine de trier. Combien atterrissent en fait dans un dépotoir pour y être enfouies ?

C’est que nous produisons 13 millions de tonnes de matières résiduelles chaque année au Québec. La décision des autorités chinoises de fermer leurs frontières à certaines matières recyclables — dont les nôtres — nous rappelle notre dépendance au marché étranger : plus de la moitié de notre bac était destiné à l’Asie. Cela nous alerte aussi sur la nécessité de trouver une solution de rechange : notamment, rendre nos rebuts plus attrayants pour les recycleurs locaux et internationaux. Voire, viser la cible Zéro déchet, comme le recommande un de nos invités.

Chacun pourrait à tout le moins se poser la question au moment de l’achat : que vais-je faire avec tous les contenants ? Et peut-être privilégier les commerces où les aliments ne sont pas emballés… ou sur-emballés.

Isabelle Burgun parle des enjeux de recyclage avec :

Après la fermeture — partielle — du marché chinois, l’industrie du recyclage est-elle en crise ? « C’est une crise de la récupération, pas du recyclage », précise Karel Ménard.

Beaucoup d’entreprises canadiennes préfèrent s’alimenter ailleurs : Kruger et Cascades importent des États-Unis et de l’Ontario du papier de meilleure qualité. La compagnie 2M Ressources préfère s’approvisionner à l’étranger pour le verre en raison de la mauvaise qualité de notre système de tri : la solution est-elle dans un meilleur tri ?

Le fonctionnement disparate des 27 centres de tri québécois, est-ce un problème de gestion, de réglementation, de modernisation ? Tout ça, mais aussi la nécessité de se questionner sur notre société qui s’est tournée, dans le dernier quart du XXe siècle, vers « l’objet à usage unique ».

Les objets à usage unique, c’est un gaspillage de ressources, mais qui est prêt à s’attaquer à ça ?  — Marc Olivier

+++

En chronique : comme chaque semaine, on passe le micro à un chercheur éditorialiste. Cette semaine : Alex-Ane Mathieu, médecin résident à l’Université de Montréal, et membre des Jeunes médecins pour la santé publique, qui nous parle de l’épuisement professionnel des médecins.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h et le samedi à 11 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission : François Cartier. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto), CIBO-FM (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor), CHOW (Amos) et Radio-Fermont.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. La naissance de l'émission, en 2008, a également été accompagnée d'une initiative politique non partisane du même nom : rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.