L'Univers émet, sous différentes longueurs d'ondes. Nous sommes bien familiers avec celles du visible. Nos yeux captent ces rayonnements. Les télescopes (Hubble, Mégantic…) également. Il y a des signaux plus subtils. Ils empruntent la longueur des ondes radio.

Au sol, de grandes antennes ont été installées pour ausculter le cosmos. De plus en plus, les instruments perdent de leur efficacité. Les radiotélescopes terrestres baignent dans une cacophonie de signaux qui gomme ceux des étoiles. Rappelons qu'un téléphone cellulaire (en service) à la surface de la Lune produirait un signal plus puissant que n'importe quelle source radio de l'Univers.

Recroquevillé, il s’envole

Là, c'est du sérieux. Un véritable radiotélescope vient de s'installer en orbite terrestre. L’instrument, issu d'une longue gestation, a reçu la désignation de Spektr-R. Autrefois, au début de l'élaboration du projet et de sa conception, on l'appelait RadioAstron. À l'époque plusieurs astronomes québécois étaient associés au projet.

Lancé, lundi le 18 juillet de Baïkonour, à l'aide d'une fusée Zenith-3M, le satellite obtiendra durant sa vie utile des radio-images, il mesurera avec une très grande précission la position des sources-radio de l'Univers. Le satellite conduira ses observations en conjonction avec d'autres radiotélescopes. Grâce à lui, on espère parvenir à mieux connaître les pulsars, le plasma interstellaire, les étoiles à neutrons et même les trous noirs.

Si E.T. téléphone…

Cerise sur le gâteau, si E.T. nous donne un petit coup de fil, nous saurons l'entendre.

La durée de vie de Spektr-R sera d'environ 5 ans.

http://tvroscosmos.ru/frm/vestidata/2011/vesti16_07_11_1.php