Dans la science-fiction, l’engin spatial est toujours protégé des dangers extérieurs par un «champ d’énergie». Pourquoi ne pas simplement utiliser l’urine et les crottes de l’équipage?

Ces dangers cosmiques n’existent pas que dans la tête de romanciers alarmistes: une mission spatiale de longue durée, vers Mars par exemple, exposerait effectivement l’équipage à des doses élevées de radiations.

C’est dans cette optique que l’équipe du millionnaire Dennis Tito, qui veut envoyer un couple vers Mars en 2018, a pensé à cette protection inusitée.

Mais plausible: les «déchets» humains seraient placés dans des sacs qui couvriraient le vaisseau, agissant du coup comme boucliers anti-radiations.

Après, toutefois, avoir été déshydratés, parce qu’il faudra, dans un tel voyage, que l’eau puisse être recyclée au maximum, eh oui.

(Source: le projet Inspiration Mars )

— ASP