Pour mieux comprendre la place de la médecine anthroposophique de Rudolf Steiner et la position de la vaccination au sein des écoles Waldorf, le Français Grégoire Perra, ancien élève, professeur et adepte de l'anthroposophie, a accepté de répondre à nos questions (lire ici le reportage).

Agence Science-Presse (ASP) — Pourquoi les écoles Waldorf-Steiner s'opposent-elles à la vaccination?  

Grégoire Perra (GP) — Steiner, le fondateur de l'Anthroposophie, cet ésotérisme mystique et délirant qui est derrière les écoles Steiner-Waldorf, pensait que les maladies sont envoyées par les Dieux pour nous aider à vaincre nos péchés, dans le cadre de la Réincarnation. Ainsi, un vaccin, en empêchant de faire une maladie que vous devez avoir dans cette vie, sera un handicap dans une prochaine incarnation, car il entrave un processus karmique.  

ASP — Que dit-on aux élèves et aux parents?   

GP — Les écoles Steiner-Waldorf se savent surveillées sur ce point et parlent à mots couverts de leurs conceptions de la vaccination aux parents et aux élèves. Bien souvent, elles demandent aux parents de choisir leur médecin de famille parmi les médecins anthroposophes, de préférence celui qui est aussi médecin de l'école. C'est donc lui qui va tenir aux parents un discours anti-vaccination, dans le secret de son cabinet, mais sans faire référence à la doctrine de la Réincarnation, qui mettrait la puce à l'oreille. Il dira plutôt que les vaccins peuvent être dangereux pour la santé, que les enfants doivent faire leurs «maladies infantiles» afin de se débarrasser d'une certaine hérédité (autre conception de Steiner sur les vaccins, plus audible car ne faisant par référence directement au Karma).

ASP — Comment l'avez-vous vécu en temps qu'élève et en temps qu'enseignant?  

GP — Notre médecin scolaire faisait semblant de faire les vaccins. Il préparait l'aiguille avec le sérum, mais ne piquait pas, et le sérum s'écoulait juste à côté. Aucune explication n'était donnée à ce geste étrange. Mais nous nous sentions complice de quelque chose qui devait rester secret.  

ASP — Si on tombe malade, c'est parce qu'il y a une raison?   

GP — Oui, la plupart du temps, pour les anthroposophes qui dirigent ces écoles, il y a une raison karmique. Soit vous payez, par votre maladie, une faute dans votre vie antérieure, soit votre maladie vous permet de développer des forces dans votre prochaine incarnation, même si vous en mourrez, à condition que vous vous soyez soigné de manière naturelle.  

ASP — Comment se soigner alors? Faut-il se soigner et éviter les maladies?  

GP — Il faut se soigner, mais de manière «naturelle», avec de l'homéopathie, même pour les cancers ou les maladies graves. Car la manière dont vous parviendrez ou non à vaincre la maladie sera un bienfait ou un méfait pour votre prochaine incarnation. Les antibiotiques sont à éviter, car ils sont anti-vie. Les opérations chirurgicales également, tout comme les vaccins. Il n'y a jamais d'interdictions ouvertes chez les anthroposophes, tout est dit sous forme de conseils, à demi-mots, mais ces «recommandations» s'inscrivant dans le contexte d'une emprise mentale subtile sont néanmoins très suivis.   Vous trouverez à ce sujet sur mon blog, La vérité sur les écoles Steiner-Waldorf et l'Anthroposophie, un article intitulé Les anthroposophes et la santé, avec toutes les références précises des textes steineriens sur ce sujet.  

ASP — Quelle est la philosophie de ces écoles en matière de santé?  

GP — Promouvoir la «médecine anthroposophique», qui est une forme de retour à la médecine magique du Moyen-Âge, même si le discours officiel consiste à dire que la médecine anthroposophique n'est pas en contradiction avec la médecine traditionnelle. J'ai pratiqué pendant des années cette médecine, j'ai eu plusieurs médecins anthroposophes, et je peux affirmer que c'est de la charlatanerie pure et simple. Par exemple: soigner un nourrisson qui a une otite et fait des convulsions en lui mettant des oignons frits dans l'oreille, afin que ceux-ci absorbent le mal qui est en lui; faire arrêter brusquement à une patiente bipolaire son traitement au lithium (très dangereux!) pour le remplacer par des granules homéopathique; conseiller à un obèse de manger beaucoup d'aliments grillés, afin que le feu de la combustion entre dans l'âme du mangeur et l'aide à mieux «brûler» les aliments en lui, afin de mieux les éliminer, etc. Je pourrais multiplier ce genre d'exemples. La médecine anthroposophique est dangereuse, non seulement par ses méthodes, mais aussi parce que l'anthroposophie est une doctrine qui rend fous ses adeptes —lire à ce sujet mes articles: Une œuvre qui rends fou, L'emprise de l'Anthroposophie, et le chapitre que je consacre à la médecine anthroposophique dans mon témoignage Ma vie chez les anthroposophes.

ASP — À part la vaccination, quels sont les autres gestes médicaux qui sont rejetés par la médecine anthroposophique?  

GP — Les antibiotiques, les interventions chirurgicales. (pas interdits mais à éviter). (cf Les anthroposophes et la santé)  

ASP — Pouvez-vous m'expliquer ce qu'est exactement  la médecine anthroposophique?  

GP — Les médecins anthroposophes ont fait un cursus normal de médecine et ont ajouté la médecine anthroposophique «en complément». C'est-ce qu'il disent si on les interroge. Cependant cette médecine n'est pas «en complément», mais plutôt «en contradiction» avec la médecine traditionnelle. Comprenez bien qu'il n'y a jamais de contradictions ouvertes chez les anthroposophes, mais que tout est fait en douceur, par suggestions, de manière larvée. Leur connaissance de la médecine traditionnelle et des normes leur permet de ne pas se faire prendre trop facilement dans l'exercice de pratiques dangereuses.

Mais en réalité les conceptions de la médecine anthroposophiques sont radicalement opposées à celle de la médecine traditionnelle. Pour les médecins anthroposophes, l'homme n'a pas un mais quatre corps (le corps physique, le corps éthérique, le corps astral et le corps du Moi). Pour soigner, il faut donc «aligner» les quatre corps. Lire l'article de Roger Rawlings, il donne une définition assez précise. Moi je dirais, qu'il s'agit d'une médecine magico-religieuse issue d'une pseudoscience.