Il est bien loin le temps où la ministre de la Santé présentait les betteraves, l'ail, l'huile d'olive et les patates comme des remèdes contre le VIH. La 21e conférence internationale sur le sida se déroulera la semaine prochaine dans une Afrique du Sud transformée.

Depuis 2010, le président Jacob Zuma multiplie les campagnes de prévention. Aujourd'hui, la moitié des 7 millions de Sud-Africains infectés par le VIH est traitée par antirétroviraux, grâce au programme d'accès aux médicaments le plus important du monde. Il a permis de faire passer l'espérance de vie de 53 ans en 2004 à 62 en 2015. Quant à la transmission de la mère à l'enfant, elle a chuté de 30 % au début des années 2000 à 1,5 % aujourd'hui.

Cependant, avec 12 % de sa population infectée, l'Afrique du Sud est toujours le pays le plus touché par le VIH. Les campagnes de prévention fonctionnent moins bien chez les jeunes femmes : 2000 sont infectées chaque semaine. Enfin, la proportion de nouveaux cas de résistance aux médicaments a augmenté de 7 % entre 2010 et 2012.

Les membres de la Société internationale sur le sida, qui se réuniront à Durban à partir du 18 juillet, ont annoncé leur nouvelle priorité, qui n'est plus d'améliorer les traitements existants, mais de guérir définitivement l'infection.

-Matthieu Fannière