Ce sont à présent plus d’un millier de kilomètres de rivages de l’Atlantique qui sont touchés par la maladie des « forêts fantômes » —lorsque trop d’eau salée pénètre à l’intérieur des terres, endommageant irrémédiablement les arbres.

Les biologistes signalent en effet le phénomène de la Floride jusqu’au New Jersey, rapporte le magazine e360 . C’est le résultat de la hausse du niveau de l’océan, une hausse imperceptible pour les humains, mais qui signifie que, lors des grandes marées ou des tempêtes, les forêts les plus près du rivage sont plus souvent qu’avant arrosées d’eau salée.

Avec la hausse appréhendée des océans dans les prochaines décennies, le phénomène risque de faire de plus en plus parler de lui, explique notamment l’écologiste David Kaplan, de l’Université de Floride. Et c’est ainsi que des écosystèmes à la riche biodiversité se transforment peu à peu en un habitat homogène : un marécage salé. Outre les arbres, les plus grands perdants sont les tortues et les oiseaux migrateurs.