L’inflammation chronique est une conséquence du vieillissement. En développant un algorithme pour la mesurer, des scientifiques croient pouvoir prédire le risque de maladies graves.

À mesure qu’une personne vieillit, l’inflammation s’installe et cause toutes sortes de dommages aux organes et aux tissus. C’est pourquoi des chercheurs ont choisi de mettre au point un outil qui estime l’âge biologique en se basant sur le niveau d’inflammation et qui permet donc d’évaluer l’état de santé.

Pour y arriver, les scientifiques ont analysé des échantillons de sang provenant de 1 001 personnes âgées de 8 à 96 ans. Ils disposaient aussi d’informations sur l’état de santé des participants. Un algorithme d’apprentissage artificiel a ensuite analysé ces données et identifié une molécule du sang qui témoigne du niveau d’inflammation d’une personne. Il s’agit de la protéine CXCL9, une cytokine déjà associée aux maladies du cœur.

Lorsqu’on détecte l’inflammation rapidement, il est possible de la traiter, explique l’un des chercheurs à Nature. L’outil qu’ils ont mis au point permettrait donc d’identifier les gens qui auraient besoin d’une intervention et de développer des traitements personnalisés.

Crédits photo : Active Senior © Pojoslaw | Dreamstime.com