De nombreux reportages sur l’hostilité dont sont l’objet des scientifiques et des journalistes sur les réseaux sociaux et au-delà ont peut-être créé une fausse impression: parce que selon un sondage international publié cette semaine, la confiance à l’égard des scientifiques aurait augmenté depuis 2018.

L’enquête a été menée auprès de 119 000 personnes dans 113 pays, et s’est étalée d’août 2020 à février 2021. Une enquête similaire avait été menée en 2018, effectuée par la firme de sondages Gallup et financée par l’organisme britannique subventionnaire de la recherche en santé, Wellcome Trust. L’omniprésence des informations scientifiques dans les médias et dans l’espace public en général au cours des 23 derniers mois a nécessairement joué un rôle, commentent les sondeurs.

Quelque 80% des personnes interrogées ont dit qu’elles avaient « beaucoup » ou « un peu » confiance en la science. Les niveaux de confiance semblent plus élevés qu’en 2018 parmi ceux qui ont par ailleurs déclaré qu’ils ne connaissaient « pas grand-chose » à la science, voire « rien du tout », ainsi que chez ceux qui ont dit en connaître « un peu ».

37% ont même dit qu’ils faisaient « trop » confiance (contre 29% en 2018), et 47%, que le travail des scientifiques était bénéfique à « la majorité » des gens de leur pays (contre 41% en 2018).

Même aux États-Unis, qu’on décrit souvent comme étant divisés face à la pandémie en fonction de leurs lignes idéologiques, 54% ont dit avoir « beaucoup » confiance, une hausse par rapport aux 45% de 2018. Il faut toutefois noter que des sondages propres à ce pays ont confirmé la division en question: une enquête Gallup effectuée en juillet a ainsi posé la question de la confiance à l’égard de la science, dans les mêmes termes qu’elle l’avait posée en 1975: du côté des républicains, cette confiance aurait chuté de 27%, tandis que du côté des démocrates, elle aurait augmenté de 12%.