« Les trois quarts des personnes infectées étaient vaccinés », s’indignaient les grands titres aux États-Unis à la fin-juillet, après une éclosion au Massachusetts. La moitié des Québécois qui se retrouvent à l’hôpital pour la COVID étaient vaccinés, entendait-on le 17 août dans une conférence de presse. Prudence dans la lecture de ces chiffres, rappelle le Détecteur de rumeurs.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


La question du journaliste, lors de la conférence de presse, était formulée ainsi: si 50 % des personnes hospitalisées pour la COVID-19 avaient reçu une ou deux doses du vaccin contre la COVID, « est-ce que cela veut dire que les vaccins ne fonctionnent pas? »

Il faut d’abord se rappeler que, comme aucun vaccin n’est efficace à 100 %, plus le nombre de personnes vaccinées augmente, et plus le nombre de personnes vaccinées qui font partie des malades augmente aussi. De fait, si 100 % de la population était vaccinée, 100 % des cas de COVID seraient des personnes vaccinées —à ceci près que leur nombre serait beaucoup plus petit.

Il ne faut donc jamais se contenter de regarder un seul chiffre: il faut remettre ce chiffre en contexte.

Infographie - Risque-COVID-Vaccination

Les deux scénarios sont hypothétiques, mais basés sur les taux de vaccination et d'efficacité des vaccins rapportés en Angleterre (Public Health England).

Dans l’exemple de gauche, si on s’était contenté des chiffres absolus, on aurait pu croire que la probabilité d’'être contaminé était à peu près la même: 3 personnes chez les non-vaccinés, environ 3 et demi chez les vaccinés. C’est quand on regarde la probabilité de tomber malade de part et d’autre que la différence devient plus claire.

Recherche: Catherine Couturier - Infographie: Steve Proulx - Image d’en-tête: SVStudioart