Depuis six mois, un journaliste américain accumule les textes autour d’une recherche personnelle de longue haleine sur les OGM. Il démolit une par une les idées reçues des deux camps, et ce, dans le média dont on se serait le moins attendu à un tel effort. Mais l’effort en vaut-il la peine?

Comme le demande cruellement le journaliste environnemental Andrew Revkin: à quel point cette série de reportages comptera-t-elle, chez les lecteurs dont les positions pro ou anti-OGM sont d’ores et déjà tranchées?

Nathanael Johnson est un oiseau rare. Journaliste scientifique spécialisé en alimentation. Et surtout, embauché par le magazine environnemental Grist l’été dernier, avec les coudées franches pour une chronique «Thought for food» qui devait être l’occasion d’une plongée dans le vrai et le faux des OGM. Au risque de déplaire à l’auditoire traditionnel de Grist.

Parce que Grist est le modèle même du média militant (et je précise qu’à mes yeux, ce n’est pas une critique): férocement pro-environnement et anti-industrie, il a été jusqu’ici, de par sa nature, presque systématiquement du côté des opposants aux OGM.

Mais en même temps, Grist a acquis au fil des années la réputation d’être rigoureux dans son approche journalistique, ce qui explique peut-être les coudées franches. Comme Johnson l’écrivait le 8 juillet 2013 dans le premier billet («Where do we begin») de ce qui est devenu une longue série:

Mon but ici est d’aller au-delà de la rhétorique, de pleinement comprendre la science, et de m’élever au-dessus de ce débat. (...) Je vais commencer par les questions les plus politisées : y a-t-il une preuve que les aliments génétiquement modifiés causent du tort aux gens qui les mangent?

La proposition d’une chronique où l’auteur aurait les coudées franches pourrait être une proposition venue de Johnson lui-même. Mais ces derniers mois, quelques observateurs ont suggéré que l’idée aurait aussi pu venir de la revue Grist, qui aurait craint d’avoir, sur ce dossier, un peu trop erré ces dernières années du côté de l’idéologie et pas assez du côté de la science.

Peu importe la raison, le résultat final est impressionnant: 26 articles (jusqu’ici), explorant la science, l’économie, la politique, les acteurs des deux camps, et plus encore. Et au risque de mécontenter ceux qui, parmi les amis de l’Agence Science-Presse, sont fermement anti-OGM, il semble y avoir un consensus chez les journalistes scientifiques pour faire chapeau bas à la qualité, l’ampleur et la rigueur du travail.

Keith Kloor, un journaliste environnemental, pose toutefois la même cruelle question que Revkin: est-ce que cet énorme effort en vaut la peine?

Ce que je me demande, c’est si l’exploration très sobre que fait Johnson des OGM a fait une différence chez les progressistes et les environnementalistes (qui sont l’audience de Grist). Est-ce que ces lecteurs —dont plusieurs sont prédisposés à croire que OGM = Frankenfood— ont été amenés à repenser leurs présupposés et leurs biais?

Chose certaine, si on croit en la valeur des blogues —et ceux qui me connaissent savent pourquoi j’en parle— on a, dans cet effort mené par Johnson —et par tous ceux qui l'ont commenté— des assises très instructives pour une « conversation » à la sauce 2.0 :

  • une recherche aux (jusqu’ici) 26 facettes, dont certains des textes ont été décidés par les réactions des lecteurs aux textes précédents;
  • des commentateurs des deux camps qui ajoutent leur voix, posent des questions, pointent des zones d’ombre ou suggèrent des pistes;
  • et peut-être (mais là, est-ce que je rêve?) des gens amenés à repenser leurs idées reçues.

Difficile de dire si cette série d’articles a eu ce dernier impact. Certes —et c’était inévitable avec un sujet pareil— Johnson a eu droit à toute la panoplie des commentaires stupides : «il y a probablement quelqu’un qui m’a accusé de crimes contre l’humanité, de journalisme jaune et de voler les ours en peluche aux enfants.»

Toutefois, à défaut de pouvoir garantir que des gens plus intelligents en ont appris quelque chose, Johnson nous entraîne, dans son plus récent billet, sur un autre terrain: pourquoi les enjeux semblent-ils être à ce point élevés aux yeux des deux camps?

À l’origine, je m’attendais à lire tous les commentaires et à contribuer à la modération, mais ceci a été évacué lorsque les fils ont régulièrement dépassé les 200 commentaires. Le groupe GM Watch a publié des images menaçantes me montrant entouré de nuages noirs démoniaques. Des sources que j’ai interviewées ont critiqué mes textes de façon virulente, parfois publiquement. Tout cela était étrange, et perturbant, mais aussi stimulant. Rien de ce que j’ai écrit, en plus d’une décennie de journalisme, n’a généré ce mélange de fascination et d’hostilité.

Pourquoi en est-il ainsi? Autrement dit, pourquoi tant de gens occupent-ils des positions si tranchées qu’ils refusent de céder un centimètre? Son hypothèse: personne n’est vraiment pour ou contre les OGM. On est pour ou contre ce qu’ils symbolisent. Le débat ne tourne pas autour de la science, mais autour de «l’histoire que nous avons construite autour des OGM»:

[D’un côté] les gens s’inquiètent des OGM parce qu’ils symbolisent le contrôle des grandes compagnies sur le système alimentaire, ou l’agriculture industrielle, ou le caractère malsain de notre alimentation moderne. De l’autre côté, des gens se soucient des OGM parce qu’ils symbolisent la victoire du génie humain sur la faim et la souffrance, ou le triomphe des forces du marché, ou les merveilles de la science. Ces plus larges histoires sont si séduisantes qu’elles obscurcissent généralement les vérités fondamentales.

Contrairement à ce qu’on peut croire, simplifier ainsi n’est pas entièrement mauvais. Comme Johnson l’écrit, «nous avons besoin de métaphores» pour comprendre le monde complexe qui nous entoure. Mais arrive un moment où ces métaphores «deviennent stériles et inutiles» et où il faut s’en détacher, sans quoi elles ne sont plus des métaphores, mais des clichés:

Des mots que nous répétons sans réfléchir. Ce qui, tristement, est le lieu où le gros de la conversation sur les OGM reste bloqué aujourd’hui.

Avec cette excellente série de reportages, une perche nous est tendue pour sortir de l’impasse.