Avoir ses règles, c’est normal. Mais ça peut être très dommageable pour la planète. Sujet tabou, les menstruations? Pas pour nous, puisque c’est le sujet de notre émission cette semaine.

Fichier audio

L’utilisation de protections menstruelles jetables générerait entre 100 et 150 kg de déchets par personne au cours d’une vie. Et les serviettes sanitaires mettraient environ 500 ans à se dégrader.

On retrouve des serviettes sanitaires dans les dépotoirs bien sûr, mais aussi sur les plages et au fond des océans. Ce seraient près de 100 milliards de déchets par année, d’un bout à l’autre de la planète – dont 20 milliards en Amérique du Nord seulement.

Il s’agit pourtant d’une industrie du jetable qui pourrait, comme d’autres, passer en mode zéro déchet, avec l’arrivée de solutions écolos.

L’initiative #nejetonspaslaserviette —une campagne de 28 jours— défend l’idée de rendre accessibles des solutions menstruelles « zéro déchet et zéro toxine ».

Isabelle Burgun en parle avec:

Serviettes, tampons, protège-culotte, pour la plupart, ne se recyclent pas et ne se compostent pas, à cause des produits utilisés pour leur composition. Ce n’est pas bon pour la planète. Mais ce n’est pas bon pour la santé des femmes non plus ?

Quand on compare les coûts des protections réutilisables —la coupe menstruelle, par exemple— et de celles qui ne le sont pas,  les premières ne sont-elles pas plus économiques à long terme?

En 2015, certains produits ont été détaxés au Canada. Pourquoi ne pas suivre l’exemple de l’Écosse, qui les a rendus gratuits ?

Comment expliquer qu’il y ait si peu d’innovations dans ce domaine, depuis l’invention des tampons ?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter, entre autres, sur CIBO (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor) et CFLX (Sherbrooke). 

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.

 

Photo: Andrey Free / Pxhere