Le Vatican a choisi de se joindre aux célébrations Darwin en reconnaissant « presque officiellement » que celui-ci était dans le vrai. Mauvaise nouvelle pour les créationnistes relégués au rang de « phénomène culturel », tandis que les prêtres, pasteurs et rabbins se bousculent au portillon pour proclamer que leur foi n’est pas incompatible avec la science.

Bien que ce soit tout 2009 qui mérite le titre d’Année Darwin, c’est ce 12 février qu’on célèbre officiellement le 200e anniversaire de l’auteur de L’Origine des espèces. L’ouvrage qui a changé le cours de l’histoire... et de la religion, au point où les occasions de revenir sur la « guerre » entre science et religion n’ont pas manqué ces dernières semaines.

Or, voilà que le Vatican annonce qu’il écarte le design intelligent du coeur de son congrès sur l’origine des espèces, qui doit réunir le mois prochain théologiens et scientifiques. Le design intelligent, que les créationnistes aiment à brandir comme la version solide et rigoureuse du créationnisme, sera plutôt considéré par le Vatican comme un « phénomène culturel » et non une théorie scientifique. Si ça se confirme, ça sera le plus dur coup subi par les créationnistes depuis longtemps.

Ici et là, des propos commandés ou autorisés par le Vatican donnent l’impression de vouloir répandre progressivement l’idée selon laquelle l’évolution biologique et la foi catholique auraient toujours été « complémentaires »; dans l’Osservatore Romano, on souligne que l’Église catholique n’avait jamais placé les livres de Darwin à l’Index.

Mais il n’y a pas que les catholiques qui s’agitent. En Angleterre, patrie de Darwin, « nous encourageons respectueusement ceux qui rejettent l’évolution à soupeser les preuves écrasantes, encore augmentées par les avancées récentes de la génétique » écrivent, en commun, des scientifiques et des membres du clergé protestant, dans le Daily Telegraph. Un appel à un cessez-le-feu, en somme.

Un groupe d’églises britanniques tient d’ailleurs cette semaine un congrès sur l’influence qu’a eu Darwin sur notre vision du monde. L’évolution, dit son organisateur, le révérend Tim Stead, fut « une des idées scientifiques les plus influentes de toute l’histoire ».

Aux États-Unis, dimanche prochain, dans le cadre d’une initiative née en 2004 et appelée le « Week-end Darwin », près de 900 prêtres de toutes allégeances, aux quatre coins du pays, consacreront leur sermon hebdomadaire à Darwin et à la puissance de la vision scientifique du monde.

On est tout de même loin des conseils scolaires qui se battent encore pour rayer le mot évolution des manuels scolaires...

Pascal Lapointe