Soigner un problème d’infertilité en Argentine, se faire poser une prothèse mammaire en Tunisie ou de nouvelles dents au Costa Rica. Les sites web sont nombreux à proposer des destinations de rêve pour se faire soigner.

Et avec le temps d’attente accru dans les hôpitaux, la pénurie de médecins et la diminution de la prise en charge de certains traitements, les patients québécois se tournent de plus en plus vers l’étranger pour accéder à ces soins de santé.

Des offres particulièrement irrésistibles pour la chirurgie esthétique. « Les patientes veulent se remettre des conséquences immédiates de ces opérations – visages boursouflés et ecchymoses — loin de leurs proches et dans une atmosphère de vacances », explique William Menvielle, professeur de marketing à l’Université du Québec à Trois-Rivières, intéressé par le phénomène grandissant du cybermagasinage lié au tourisme médical.

De nombreux sites web d’hôpitaux et de cliniques privées vantent d’ailleurs l’accès à des soins de qualité pour une fraction du prix et dans un environnement paradisiaque.

Client ou patient?

Chirurgie Direct-Tunisie, Cosmetica Travel… L’Internet participe grandement à la popularité du tourisme médical. « Tout est mis en place pour rassurer. Les photos démystifient le personnel, la chambre et même la salle d’opération. »

Le chercheur a analysé les stratégies de 235 sites répartis dans une quarantaine de pays. Pour vendre aux consommateurs les forfaits médicaux, de nombreuses compagnies n’hésitent pas à fournir les CV des chirurgiens, à mettre en place des rencontres par webcam… ou encore à installer un bureau local pour donner une première consultation avant le grand voyage.

Malgré certains dilemmes éthiques – manque de juridiction et absence d’accréditation des établissements entre autres –, le tourisme médical a la cote depuis une dizaine d’années. Le « bouche-à-oreille » y joue un rôle important. Le témoignage positif d’un proche précède souvent la recherche dans internet. D’ailleurs, les sites des hôpitaux et des cliniques donnent à lire de nombreux témoignages et proposent même des forums de discussion.

Plus généralement, ces touristes choisissent une destination proche de leur domicile. Les Européens visitent les pays de l’Est et les Américains vont en Amérique du Sud, soit à 4 ou 5 heures d’avion seulement pour se faire rapatrier rapidement en cas de problème.

Se faire soigner à l’étranger, en magasinant dans Internet, vise cependant une élite habituée à voyager. Les frais de chirurgie et de séjour sont aussi onéreux. Sans compter qu’il faut être à l’aise avec le fait de subir des complications médicales très loin de chez soi.

« Tout dépend aussi de la maladie. Certains patients sont prêts à aller très loin de chez eux pour se faire soigner, surtout s’ils en ont les moyens », convient le chercheur.