Dans le parc de la forêt pétrifiée, en Arizona, qui rassemble des millions de fragments d’arbres fossilisés, il y a une pile de roches qui fait à présent la taille d’une camionnette: ce sont tous les cailloux qui avaient été volés et qui ont été renvoyés au parc par leurs illégitimes propriétaires.

C’est qu’il est interdit aux visiteurs, sous peine d’amendes, de ramasser des roches dans ce parc d’une trentaine de kilomètres de long et d’une dizaine de large. Ce qui n’a pas empêché des visiteurs, au fil des décennies, de se servir. Toutefois, le sentiment de culpabilité semble puissant: certains renvoient non seulement leur caillou par la poste, mais accompagnent leur geste d’une lettre. Dans leur livre Bad Luck, Hot Rocks , les auteurs Ryan Thompson et Phil Orr notent qu’un grand nombre de gens renvoient le caillou parce qu’ils lui attribuent une malchance qui leur est tombée dessus après l’avoir ramené chez eux.

Mais pourquoi le parc rassemble-t-il tous ces cailloux au même endroit? C’est parce qu’une règle de base dans un tel parc naturel veut qu’on ne place jamais une roche d’origine inconnue à un endroit au hasard: les géologues du futur pourraient en tirer des conclusions erronées... Les conservateurs du parc se trouvent donc devant le dilemme de devoir élever un genre de monument aux roches volées... qui risque d’intriguer beaucoup les géologues du futur.