Il existe une petite ville en Inde qui compte un millier de jumeaux pour 11 000 habitants, ou 2000 familles. Et le pourcentage continue apparemment d’augmenter.

Le phénomène a été noté par la communauté médicale depuis 2009, mais demeure encore un mystère. Dans le reste de l’Inde, le taux moyen de naissances de jumeaux est de 1 %, ce qui veut dire que Kodinhi, situé dans le sud du pays, se distingue avec un pourcentage près de dix fois plus élevé. Le New Scientist rapporte cette semaine qu’une équipe de l’Université de Floride s’est récemment rendue là-bas dans l’espoir de récolter de nouvelles données qui contribueraient à mettre le doigt sur des causes génétiques ou environnementales.

La hausse de la proportion de jumeaux semble avoir commencé dans les années 1960, ce qui élimine plusieurs des hypothèses génétiques : par exemple, si un gène favorisant les naissances de jumeaux était davantage présent dans certaines lignées de familles, les mariages traditionnels entre cousins auraient pu favoriser sa multiplication, sauf que cette pratique existe depuis des siècles.

La cause la plus probable est donc environnementale, mais elle pourrait aussi ne plus exister dans l’environnement d'aujourd'hui : une partie de la population aurait pu par exemple être exposée il y a deux ou trois générations à un polluant dans l’eau qui aurait entraîné des changements dans leur ADN, changements ensuite transmis à leurs descendants.