Des scientifiques ont trouvé la trace d’un barbecue préhistorique sur un site archéologique de la région de Koobi Fora, au Kenya. La découverte repousse de près de 500 000 ans les premières traces d’usage contrôlé du feu par des humains préhistoriques, rapporte le New Scientist.

« Le contrôle du feu est possiblement l’une des avancées technologiques les plus significatives de notre espèce », soulignent les anthropologues dans un article paru dans le Journal of Archaeological Science qui décrit différents artéfacts vieux de 1,5 million d’années et dont la présence sur le site représente un indicateur d’un possible usage contrôlé du feu par des humains, notamment pour la cuisson.

Cette découverte tend à renforcer « l’hypothèse que l’usage du feu, particulièrement pour cuire de la nourriture, a eu une influence majeure sur l’évolution biologique du genre Homo », écrivent les scientifiques dans un article à paraître dans le Journal of Human Evolution. Le recours à la cuisson aurait en effet permis une « modification du régime alimentaire vers des sources de nourriture de qualité supérieure », ce qui pourrait avoir contribué à l’évolution du cerveau des homininés.