L’épidémie de rougeole qui sévit sur l’archipel des Samoa, dans le Pacifique, et qui a tué jusqu’ici 70 personnes, n’est pas venue seule: elle a été précédée d’une offensive de désinformation menée depuis des années sur les médias sociaux par des mouvements financés dans les pays riches, en particulier aux États-Unis. 

Le gouvernement de cet archipel de 200 000 habitants a décrété l’état d’urgence. Depuis la semaine dernière, les écoles sont fermées, les moins de 17 ans sont interdits dans les rencontres publiques, pendant que des volontaires passent de porte à porte pour vacciner ceux qui ne l’ont pas été —et les familles dont un membre n’est pas vaccinée ont été invitées le 3 décembre à suspendre un drapeau rouge devant leur porte. Un journaliste local rapportait que deux jours plus tard, même la résidence du premier ministre avait un drapeau rouge devant sa porte.

De quelques rares cas en octobre, l’épidémie a explosé pour dépasser les 4000 personnes au début de décembre. La plupart des morts sont des enfants de moins de 5 ans. Alors que les autorités de santé publique à travers le monde recommandent un taux de vaccination de 90 à 95% comme seuil de sécurité, dans ces îles, le taux de vaccination des enfants n’était que de 58% en 2017, et de 31% en 2018, selon l’Organisation mondiale de la santé. 

Les services de santé locaux blâment la désinformation disséminée par Facebook, —le réseau serait devenu là-bas la principale source d’information. Un militant anti-vaccin local a été arrêté le 6 décembre, accusé d’avoir fait la promotion de traitements « naturels » contre la rougeole. Avant son arrestation, il avait décrit sur Facebook le programme de vaccination en cours comme un « crime contre notre peuple » et affirmé que la vitamine C pouvait guérir ces enfants. Des mouvements anti-vaccin américains ont offert d’envoyer de la vitamine C aux Samoa.

Deux autres États insulaires de la région, les Tonga et les Fidji, ont rapporté des cas de rougeole, mais qui semble contenus: le taux de vaccination là-bas dépasse les 90%. Les Philippines ont également connu des éclosions de rougeole cette année, dépassant les 40 000 cas, avec un taux de vaccination d’à peine 67%. Le « patient zéro » des Samoa serait un citoyen du pays revenu de Nouvelle-Zélande au début d’octobre, où des cas de rougeole ont également été signalés. 

L’UNICEF a annoncé le 28 novembre l’envoi de 110 000 vaccins, et le gouvernement voisin de la Nouvelle-Zélande a envoyé des médecins, des infirmières et de l’équipement médical. Il faut de 10 à 14 jours à un vaccin pour commencer à faire effet. L’Organisation mondiale de la santé a blâmé une « campagne numérique anti-vaccin ». Le représentant de l’UNICEF pour le Pacifique a qualifié la désinformation sur la vaccination de « pire exportation des États-Unis ».

 

Ajout 29 décembre: avec seulement 12 nouveaux cas dans les 24 heures précédentes, le gouvernement des Samoa a levé l'état d'urgence. On recense 81 morts, pour près de 5700 cas.