Dans les profondeurs de l’océan se trouvent des poissons qui reflètent si peu la lumière qu’ils sont quasiment indétectables, rapporte le New York Times. Des chercheurs sont néanmoins parvenus à identifier 16 espèces qu’ils qualifient « d’ultra-noires ».

Un poisson est ultra-noir s’il reflète moins de 0,5 % de la lumière qui le frappe. L’étude, publiée dans la revue Current Biology, décrit certains poissons qui reflètent aussi peu que 0,04 à 0,05 % de la lumière. À titre de comparaison, une feuille de papier noir en reflète 10 %.

La peau de ces poissons est composée de compartiments contenant de la mélanine, un pigment absorbant la lumière. Ces compartiments sont normalement séparés par des espaces remplis de collagène. Chez les poissons ultra-noirs, ces espaces sont inexistants et les compartiments de mélanine ont une taille et une forme optimale pour limiter la réflexion de la lumière.

Mais à quoi sert le fait d’être encore plus noir, dans un environnement qui est déjà dépourvu de lumière ? Selon les chercheurs, il s’agirait d’une forme de camouflage supplémentaire, qui leur éviterait d’être illuminés par la bioluminescence des autres organismes qui peuplent ces profondeurs.

 

Photo: Karen Osborn, Smithsonian. La couleur d'apparence brunâtre est en fait le résultat de la surexposition à la lumière de l'appareil-photo.