Des galaxies qui font la file? Des astronomes ont identifié une « ligne » ou un « arc » de galaxies faisant 3,3 milliards d’années-lumière de long —et qui, si son existence devait être vérifiée, présenterait un gros problème pour les théories sur la distribution de la matière dans le cosmos.

Appelée simplement « l’Arc géant » par ses découvreurs —qui en ont fait l’annonce dans le cadre du congrès de la Société américaine d’astronomie— la chose signifierait en effet que ces 45 à 50 galaxies sont liées entre elles d’une certaine façon, plutôt que d’être distribuées aléatoirement dans leur coin de l’Univers.

L’observation est fortuite, résume l’équipe dirigée par la Britannique Alexia Lopez, de l’Université Central Lancashire. Elle est le résultat de l’analyse de la lumière émanant de 40 000 quasars —des galaxies éloignées dotées d’un noyau très lumineux. L’analyse consistait à chercher des signes de ce à travers quoi étaient passés ces rayons lumineux avant de nous parvenir —comme des nuages de gaz entourant des galaxies.

Il est toutefois important d’ajouter « si son existence devait être vérifiée ». Parce qu’une « structure » de cette longueur —on parle d’un quinzième du rayon de l’univers observable— poserait des questions encore plus intrigantes sur la façon dont elle a pu se former. Trois tests statistiques tendent à croire que l’arc est réel et que « l’alignement » n’est pas le seul résultat d’un coup de chance.

Le modèle standard dit que la matière devrait être distribuée également dans toutes les parties observables du cosmos, ce qui rend une telle « structure » très improbable. D’un autre côté, cet Arc géant n’est pas la première anomalie du genre à être signalée, entre le Grand Mur de Sloan et l’Anneau GRB géant —des « regroupements » dont l’existence continue là aussi de susciter bien des questions.