rougeole.png (2.17 Mo)

Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de l’Afrique, et plus de 700 en sont mortes, surtout des enfants. Le gouvernement blâme des groupes religieux dont les chefs de file interdisent la vaccination.

Dans la province de Manicaland, où les premiers cas avaient été rapportés en avril, la plupart des enfants atteints n’étaient pas vaccinés, a confirmé en conférence de presse, le 8 septembre, la Dr Fiona Braka, directrice des opérations d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique.

L’OMS avait par ailleurs lancé une alerte le printemps dernier quant à une hausse des cas de rougeole dans les pays dits vulnérables: leurs ressources en santé, déjà limitées avant la COVID, ont été encore plus perturbées avec la pandémie.

L’UNICEF avait à son tour lancé une alerte en juillet, estimant que 25 millions d’enfants à travers le monde avaient manqué leurs vaccins contre les maladies infantiles: l’agence des Nations unies en parlait comme du pire recul en 30 ans.

Beaucoup de parents anxieux sont restés loin des cliniques pendant la pandémie; des travailleurs de la santé ont été mobilisés par la COVID; et des fermetures d’écoles ont empêché d’effectuer les campagnes de vaccination routinières contre les maladies infantiles.

Mais dans le cas du Zimbabwe, c’est un problème qui avait commencé à être signalé avant la pandémie: le pourcentage d’enfants vaccinés y reculait lentement depuis 2017. Le manque de ressources  en santé a joué un rôle dans ce recul, la crise économique aussi. Et se sont ajoutées à cela des églises influentes qui, rapporte le New York Times, « découragent la vaccination et poussent leurs membres à se tourner plutôt vers la prière et leurs pasteurs ». L’Église apostolique John Marange, qui regroupe des centaines de milliers de personnes, était au centre de l’éclosion de rougeole au printemps. Avec l’aide des médias sociaux, ses chefs de file s’étaient également opposés à la vaccination contre la COVID, qualifiée de « marque de la bête ».

Les dernières données sur les décès de la rougeole au Zimbabwe remontent au 6 septembre. Peu de détails ont été fournis sur l’état de la contagion dans les différentes régions du pays, ou si elle s’étend à présent à l’extérieur de ses frontières.