Comme si les États-Unis n’en avaient pas assez avec leur créationnisme local, voici que la version musulmane pénètre également leur territoire. Il y a quelques semaines, une offensive publicitaire majeure a fait entrer un livre lourd et coûteux chez des milliers... d’universitaires.

L’Atlas de la création est un livre dit « de luxe » : grand format, en couleur, 800 pages! Distribué en Europe au début de 2007, notamment en France, il « envahit » les États-Unis, mais de la même curieuse façon qu’il avait pénétré en France : de nombreux enseignants ont rapporté l’avoir reçu par la poste, alors qu’ils ne l’avaient non seulement jamais demandé, mais qu’en plus, ils n’adhèrent pas au dogme créationniste. Parmi eux, le paléontologue Kevin Padian, cité par le New York Times , qui se trouve à être le président d’un organisme faisant la promotion... de l’enseignement de l’évolution!

Des membres du Congrès ont également reçu le livre, de même que des musées de science tout à fait sérieux, aux quatre coins du pays.

Le responsable de cet envoi massif y a mis le prix : à 6 kilos l’unité, le livre, qui coûterait environ 100$ US en librairie, a fait la fortune du service des postes. Ni l’éditeur, situé en Turquie, ni l’auteur qui, sous le pseudonyme Harun Yahya, serait le Turc Adnan Oktar, n’ont voulu commenter.

Un point commun entre ce créationnisme « musulman » et le créationnisme « chrétien » : dans les deux cas, nombre de leurs adeptes associent le « darwinisme » à « l’érosion des valeurs morales ». Dans le cas d’Adnan Oktar (qui est diplômé en architecture), ça se teinte également d’anti-sémitisme...

Esthétiquement, le livre est très beau, au point où, ironise le journaliste du Times, certains des scientifiques se demandent quoi en faire. Trop beau pour être mis à la poubelle, trop farfelu pour rester sur leurs étagères...