La dernière découverte concernant les premiers Amérindiens n’est pas des plus glorieuses : des crottes laissées en Oregon il y a 14 300 ans. Mais ces vestiges sont beaucoup plus riches en informations qu’on ne pourrait l’imaginer.

Tout d’abord, ils constituent l’élément le plus solide qu’on ait eu depuis longtemps pour trancher le débat qui fait rage sur le moment où les premiers Amérindiens ont colonisé l’Amérique : avec leur âge, ces crottes battent d’au moins 1200 ans —avec une marge d’erreur de quelques siècles— la « culture Clovis », qui fut le traditionnel point de référence des archéologues.

Certes, il n’y a plus beaucoup d’archéologues pour prétendre que la culture Clovis —du nom d’une ville du Nouveau-Mexique où furent trouvés des outils de pierre— fut le point de départ de la colonisation des Amériques. Mais n’empêche qu’on n’a toujours pas trouvé de point de référence équivalent.

Les 14 crottes fossilisées, dont au moins six étaient d’origine humaine, apportent aussi une information génétique : l’ADN qu’elles contiennent (eh oui!) permet de les lier à des ancêtres d’Asie de l’Est, tout comme les analyses génétiques récentes des Amérindiens actuels, selon une analyse menée à l’Université de Copenhague, au Danemark.

Mais cet ADN, conviennent les chercheurs dans l’édition en ligne de la revue Science , aurait pu être en partie contaminé à l’époque (par des chiens) ou lors des fouilles (par les chercheurs). Bien que de nombreuses précautions aient été prises (comme de prélever l’ADN de tous ceux qui ont participé aux fouilles, afin de voir s’il y avait corrélations), pour être vraiment sûr, il faudra retourner là-bas pour excaver dans des conditions stériles, explique Dennis Jenkins, de l’Université de l’Oregon (les fouilles remontent à 2002 et 2003).

Qui étaient-ils, d’où venaient-ils, où allaient-ils?

Dans tous les cas, cette information ne nous dit rien sur la façon dont ces gens sont arrivés en Oregon, dans un lieu appelé les cavernes Paisley, il y a environ 14 300 ans. C’est que les experts ne s’entendent pas sur la façon dont les premiers Amérindiens sont entrés en Amérique : par terre, par mer ou les deux? Une grande vague d’immigration ou deux? Qui étaient ces « paléo-Amérindiens » dont la forme du crâne est différente de celle des Amérindiens actuels? (voir ce texte)

À des milliers de kilomètres plus au Sud, le site désormais célèbre de Monte Verde, au Chili, est daté lui aussi d’un peu plus de 14 000 ans. À cette époque, s’il était théoriquement possible de marcher de la Sibérie jusqu’en Alaska, un passage à pied, de l’Alaska vers le Sud, était encore bloqué par les glaciers. La découverte de l’Oregon donne donc du poids à la théorie d’un voyage par la mer, mais quand? Il y a 14 000 à 15 000 ans, ou il y a 25 000 ans, comme le prétendent les plus optimistes?

Il faut aussi rappeler que si les archéologues ont trouvé des restes d’outils à Monte Verde, ils n’y ont trouvé aucun ossement, ni humain ni animal. Les cavernes Paisley, elles, contiennent plusieurs ossements d’animaux, mais les crottes mentionnées ici sont, pour l’instant, les seuls « vestiges » humains : cela ferait donc d’eux les plus anciens vestiges humains des Amériques!

Donc, d’un côté comme de l’autre, les traces restent maigres, et c’est pour cela qu’il est, depuis des décennies, difficile d’établir si des humains étaient vraiment en Amérique il y a plus de 12 ou 13 000 ans : si, comme le prétendent les optimistes, ils ont migré il y a 25 000 ans, pourquoi ne trouvait-on que des traces —et encore, très fragmentaires— vieilles de 12 ou 13 000 ans, au mieux?

Les crottes de l’Oregon permettront peut-être de faire l’unanimité en faisant reculer le compteur à 14 000 ans. En attendant mieux?