La pie se reconnaît elle aussi dans le miroir. Des psychologues allemands l’ont confrontée au test classique: une tache rouge peinte sur son cou, puis un miroir.La pie essaiera-t-elle de toucher avec son bec ou ses pattes cette mystérieuse tache rouge, démontrant ainsi qu’elle a compris que l’oiseau du miroir, c’est elle?

Non seulement trois des cinq pies testées l’ont-elles fait, mais elle se sont mises à chanter une chanson différente de celles qu’elles chantent devant leurs congénères.

Pour Helmut Prior et ses collègues de l’Université Goethe à Francfort, qui ont publié leurs résultats, le mois dernier dans la revue Public Library of Science Biology , la pie doit dès lors rejoindre la petite famille des animaux qui réussissent ce test de « conscience de soi ». Tous des mammifères, sauf elle: chimpanzés, dauphins, éléphants.

Encore qu’on puisse se demander si la famille ne va pas bientôt s’élargir. La pie fait partie des corvidés, dont les membres, en particulier le corbeau et la corneille, ont démontré ces dernières années d’étonnantes capacités dans les tests d’intelligence.

Interrogée par Science News , une des plus célèbres spécialistes de l’intelligence des oiseaux, Irene Pepperberg, apporte un bémol: le test du miroir et de la tache rouge peut se révéler plus difficile à interpréter qu’il n’y paraît. L’un de ses perroquets avait effectivement gratté sa tache rouge, une fois placé devant un miroir, mais pendant neuf secondes seulement, après quoi il n’y avait plus prêté attention pendant les 15 minutes où il avait été en présence du miroir.

Les psychologues allemands sont eux-mêmes prudents, parlant d’une «affinité rudimentaire» pour la reconnaissance de soi. Deux des cinq pies n’ont pas réagi différemment devant un reflet « avec » ou « sans » tache. Et chez les autres, l’intérêt suscité par la tache semble s’émousser lorsque la tache est plus pâle. N’empêche que cette petite bête vient, sans le savoir, de franchir une des lignes invisibles entre « eux » et « nous ».