Le stress, c’est bon pour la santé. Mais n’en faites pas une habitude.

Il y a quelques années, les généticiens avaient constaté, non sans surprise, que des gènes pouvaient être altérés au cours d’une vie par des événements traumatisants.

Or, voilà qu’on s’aperçoit qu’il n’y a pas que du négatif: ces altérations pourraient avoir un effet protecteur contre le vieillissement. On parle toutefois ici d’épisodes de stress, et non de stress chronique, prennent bien soin de souligner les auteurs de cette découverte, dans la revue Psychoneuroendocrinology .

L’explication scientifique: en temps normal, notre corps réagit au stress en «brûlant du carburant» —il endommage ses propres cellules et ses gènes avec des radicaux libres, ce qui fait vieillir ces cellules plus vite que la normale. Mais il semble qu’en cas de stress «modéré», la plus petite dose d’énergie brûlée protégerait les cellules plutôt qu’elle ne les endommagerait. À suivre.