Des chercheurs en psychologie ont trouvé une nouvelle façon de résumer l’attitude de ceux qui refusent d’écouter les arguments contraires à leurs croyances: «ils s’envolent loin des faits».

Ils donnent en exemple les anti-vaccins: «nous avons découvert que lorsque des faits sont injectés dans la conversation, les symptômes du biais deviennent moins sévères. Mais malheureusement, nous avons aussi appris qu’il y a une limite à ce que les faits peuvent apporter. Pour éviter d’en arriver à des conclusions qu’ils ne désirent pas, les gens peuvent s’envoler loin des faits.»

Si cette description semble familière à tous ceux qui ont été coincés dans des discussions avec des climatosceptiques ou des partisans d’une théorie du complot, les trois psychologues, qui écrivent dans le Journal of Personality and Social Psychology , y ajoutent un vocabulaire particulier —la boîte à outils de protection des croyances, la maladie du biais, etc. Mais au final, la meilleure méthode pour « s’envoler loin des faits» est commune à toutes les croyances: «reformuler un problème de manière à ce qu’il ne puisse pas être testé».