Prenant tout le monde par surprise, le gouverneur d’Hawaï a annoncé le 26 mai que trois ou quatre des télescopes déjà présents sur la montagne devraient être démantelés, en échange de la construction d’un nouveau. La question qui se pose à présent est: lesquels seront sacrifiés?

Cette décision découle de la lutte engagée depuis octobre par des groupes environnementaux et autochtones pour bloquer la construction du futur plus grand télescope du monde, le TMT (Thirty-Meter Telescope), une collaboration entre cinq pays. La construction doit s’étaler sur 10 ans, et d’ici là, a décrété le gouverneur, au moins trois des 13 télescopes actuellement présents sur le Mauna Kea, devront disparaître.

La fermeture de l’un d’eux, le Caltech Submillimiter Observatory, avait été annoncée dès 2009. Mais parmi les autres, les spéculations vont bon train entre les télescopes Gemini (six pays dont le Canada), Subaru, Canada-France-Hawaï ou d’autres plus petits. C’est l’Université de Manoa qui peut «louer» la montagne à des fins scientifiques, et qui aura cette tâche de fermer 25% du «parc» d’ici 2025.