Vous ne l’avez sans doute jamais remarqué, mais les deux côtés de votre cerveau ne sont pas parfaitement symétriques. On trouve dans chacun des deux hémisphères des petites régions qui diffèrent de leur jumelle, et d’autres qui, littéralement, « dépassent ». Ce qui semblait logique tant notre cerveau fut un facteur-clef de notre évolution. Or, voilà qu’on découvre que c’est également une particularité du cerveau des grands singes. 

Ceci suggère que cette « asymétrie » serait apparue avant que les humains et les grands singes n’évoluent en deux branches distinctes. La seule différence est qu’il y a plus de « variabilités » dans l’asymétrie du cerveau humain que dans celle du cerveau des grands singes, résume l’équipe de l’anthropologue Simon Neubauer, de l’Institut Max-Planck d’anthropologie de l’évolution, dans l’édition du 14 février de Science Advances. La « ressemblance » avec notre cerveau est également moins grande avec les cerveaux de chimpanzés qu’avec ceux des gorilles et des orangs-outans. 

Dès lors, où se cachent les particularités humaines comme le langage, la prise de décision ou la pensée abstraite? S’il s’avère que cette asymétrie entre nos deux hémisphères n’est pas la clef, comme on l’a longtemps supposé, cela signifie donc qu’il faut examiner de plus près ces protubérances et autres différences entre nos différentes régions cérébrales. Elles ont, elles, leurs distinctions. « Ce n’est pas le motif » qui compte, résume Neubauer dans le New Scientist, mais les variations de ce motif ».