La vague de chaleur intense qui frappe l’Europe cette semaine n’est pas la première, mais ces canicules ont augmenté en fréquence et en intensité depuis 40 ans.

Selon une étude  publiée le 6 juillet, ces changements se produisent même plus vite en Europe qu’en Amérique du Nord, une région qui n’a pourtant pas été épargnée ces dernières années, avec les canicules et sécheresses dévastatrices. «  L’intensité » est définie par la température au-delà d’un certain seuil.

Que les canicules soient plus fréquentes est statistiquement inévitable, sur une planète où la température moyenne est de 1,1 degré plus élevée qu’il y a un siècle. Mais les chercheurs d’Allemagne, des Pays-Bas et des États-Unis, identifient aussi un autre mécanisme, au sein des courants atmosphériques. Plus spécifiquement, le courant-jet (jet stream), une « rivière » de vents ouest-est en haute altitude (10 km), dont on avait observé qu’il se divisait à l’occasion en deux, au-dessus du continent euro-asiatique. Or, l’étude note que des canicules se développent souvent entre ces deux axes, et que, depuis 40 ans, ces divisions en deux ont augmenté en fréquence, en plus de durer plus longtemps.

Cette semaine, sécheresse et chaleur aidant, des feux de brousse font rage du Portugal à la France, et des records de température sont battus. Quant à la Grande-Bretagne, en prévision de nouveaux records attendus au début de la semaine, elle a décrété samedi la première alerte de « chaleur extrême » de son histoire, un nouveau niveau d’alerte introduit en 2021.

Resterait à savoir ce qu’est le déclencheur de ces « divisions » entre deux branches du courant-jet: mettre le doigt dessus permettrait peut-être de prédire les canicules avec un peu plus d’avance. 

En date du 19 juillet,  deux estimations, au Portugal et en Espagne, donnaient un total de 1900 décès dans ces deux pays pouvant être attribués à la chaleur depuis le début du mois. 

 

Ce texte a été mis à jour le 20 juillet avec la dernière estimation du nombre de décès