mort-etiquette-pieds.jpg

Selon un film se donnant l’allure d’un documentaire, le vaccin contre la COVID-19 serait responsable de mystérieux caillots sanguins. Le Détecteur de rumeurs a vérifié ce qui se cachait derrière cette allégation.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


 

L’origine de la rumeur

En janvier 2022, l’animateur de radio américain Stew Peters, connu pour sa défense de plusieurs théories du complot autour de la pandémie, mettait en ligne une entrevue avec l’embaumeur Richard Hirschman. Ce dernier rapportait avoir trouvé des caillots « anormaux » dans les vaisseaux sanguins de personnes décédées qui, assurait-il, avaient été vaccinées. Cette histoire a ensuite été reprise dans le film aux allures de documentaire Died Suddenly, réalisé également par Peters, qui a été lancé sur Twitter en novembre 2022. Le film fait, depuis, beaucoup de bruit dans les sphères complotistes parce qu’il allègue (faussement) qu’une foule de gens sont morts à cause du vaccin (on peut lire des vérifications de faits sur ce film ici, ici, ici et ici, entre autres).

La formation de caillots sanguins, aussi appelée thrombose, n’est pas à prendre à la légère, puisqu’ils causent parfois des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des embolies, et mènent donc, ultimement, à des décès.

Embaumeurs ou pathologistes?

Benjamin Schmidt, professeur en services funéraires au Northeast Texas Community College, faisait remarquer en septembre dernier, donc avant la sortie du film, qu’il est très fréquent chez les embaumeurs de trouver des caillots chez les personnes décédées: la formation de caillots, rappelle-t-il, fait partie des problèmes associés notamment à l’obésité et au tabagisme.

Benjamin Schmidt croit toutefois que les embaumeurs n’ont pas les qualifications nécessaires pour se prononcer sur les raisons d’un décès. Ce sont plutôt les pathologistes qui peuvent faire ce type d’analyse. Dans une série de textes de vulgarisation de base sur le métier, le Collège royal des pathologistes du Royaume-Uni rappelle qu’un des objectifs de l’autopsie est d’examiner attentivement les organes à la recherche d’anomalies, comme des caillots, qui pourraient révéler la cause du décès.

Qui plus est, rappelle Schmidt, les embaumeurs ne connaissent pas l’histoire médicale de la personne embaumée et seraient donc incapables de dire qui a été vacciné.

Des caillots post mortem?

Certains des caillots trouvés par les embaumeurs ou par les pathologistes peuvent se former après le décès. En 2005, des chercheurs suisses s'étaient d'ailleurs intéressés à l’apparence du sang après la mort, grâce à des techniques d’imagerie comme la résonance magnétique ou la tomodensitométrie. Ils expliquaient que l’arrêt de la circulation sanguine à la suite du décès, ainsi que le fait que le processus de coagulation puisse fonctionner pendant un certain temps après la mort, mènent parfois à la formation de caillots post mortem.

Ces caillots ne semblent toutefois avoir aucune signification clinique et ne permettent pas de déterminer la cause du décès. C’est pourquoi il est très important de pouvoir faire la distinction entre un caillot produit avant la mort et un caillot post mortem, insistent des chercheurs américains qui ont étudié le sujet en 2022. Bien que l’apparence du caillot puisse être différente entre ces deux situations, ce n’est généralement pas suffisant pour trancher. Ces experts recommandent d’ailleurs d’avoir recours à la microscopie pour déterminer l’origine du caillot.

Des causes diverses

Même lorsque le pathologiste est certain que le caillot s’est formé avant le décès, on en revient au fait que plusieurs choses peuvent être responsables de sa présence.

En plus de l’obésité et du tabagisme, les National Institutes of Health des États-Unis rappellent qu’être alité ou immobile pendant une longue période de temps, peut également augmenter les risques de thrombose. Même la grossesse fait partie des facteurs de risque.

Par ailleurs, comme le rappelait le site Health Feedback en réagissant lui aussi à la rumeur en septembre, la COVID est elle-même associée à un risque accru de problèmes cardiaques: un risque beaucoup plus élevé que celui qui, en 2021, avait été associé à certains des vaccins.

Enfin, selon l'Institute for Quality and Efficiency in Health Care d’Allemagne, un caillot peut se former si la circulation sanguine est trop lente ou en présence d’un durcissement des artères. Certaines maladies (cancers, irrégularité du rythme cardiaque), des prédispositions génétiques, une intervention chirurgicale et la prise de certains médicaments (pilule contraceptive), peuvent être en cause.

Verdict

Il est impossible de déterminer la cause d’un décès simplement en examinant des caillots retrouvés lors de l’embaumement. Il est également impossible de faire un lien avec la vaccination, si on n’a pas accès au dossier médical de la personne.

 

Photo: Morgue de l’hôpital Charite Berlin / Ralf Roletschek / Wikipedia Commons