Après les marches pour le climat, faudra-t-il descendre dans la rue pour défendre notre eau douce ? Il y a pourtant des signes inquiétants. Pollution, invasions d’algues, pertes des milieux humides, malmènent cette ressource.

Fichier audio

Il y a près de 10 ans, le 11 juin 2009, l’Assemblée nationale du Québec avait adopté une loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau afin de renforcer leur protection. Cette loi confirme qu’il s’agit d’un patrimoine collectif, ce qui signifie que l’État en est le gardien, au bénéfice des générations futures.

Ce qui signifie sans doute éducation et sensibilisation aux questions de l’eau. Le musée montréalais de l’environnement, la Biosphère, en a d’ailleurs fait sa mission. Mais l’avenir de cet établissement s’annonce compromis: son bail se termine en décembre et personne ne sait encore s’il sera renouvelé.

La Ville de Montréal fait actuellement pression sur le gouvernement fédéral pour garder ce musée ouvert. Les élus montréalais ont récemment adopté à l’unanimité une résolution en ce sens.

La métropole est également devenue, le 22 mars, une « communauté bleue », lors de la Journée mondiale de l’eau, rejoignant ainsi des municipalités qui s’engagent en faveur de la protection de l’eau.

Quels sont les enjeux de l’heure?  Quels sont les liens entre ces enjeux et les changements climatiques? Comment sensibilise-t-on des citoyens au fait qu’une ressource aussi facile d’accès est en même temps aussi précieuse? Qu’est-ce qu’une communauté bleue? Quel rôle pour les municipalités? Faut-il préserver le musée de l’environnement qu’est devenu la Biosphère ? Isabelle Burgun en parle avec:

 

  • Martine Chatelain, porte-parole pour Eau Secours, la coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau; elle est aussi conférencière en éducation et sensibilisation à l'eau.
  • Alec Sicard, chargé de programme et de développement d’Aquahacking. Il possède une maîtrise en gestion intégrée des ressources en eau de l’Université McGill

+++


En chronique: on passe cette semaine le micro à Caroline Sanchez-Valero, vice-présidente des projets stratégiques et des relations gouvernementales chez Réseau Environnement. Elle nous parle d’économies d’eau et d’une méthode parmi d’autres pour y arriver: la tarification.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h et le samedi à 11 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission : Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto), CIBO-FM (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor), CHOW (Amos) et Radio-Fermont.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. La naissance de l'émission, en 2008, avait également été accompagnée d'une initiative politique non partisane du même nom : rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.