Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a émis de très sérieuses réserves à l’égard du projet Énergie Saguenay de l’entreprise GNL Québec. Dans son rapport publié au début de mars, il laisse peu de marge de manoeuvre à une réalisation du projet.

Fichier audio

Nous en avions parlé à cette émission l’an dernier: il s’agit de ce projet de construction d’une usine de liquéfaction de gaz naturel au Saguenay, destinée à traiter du gaz en provenance de l’ouest du Canada, gaz qui serait transporté par un immense pipeline, dont 780 km restent à construire.

La construction dans la zone industrielle et portuaire de Port Saguenay, d’ici 2025, permettrait d’exporter annuellement 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Europe et l’Asie.

Lors des audiences publiques du BAPE en septembre dernier, plusieurs intervenants s’alarmaient des retombées environnementales du projet et des incidences sur la santé, le tourisme et la qualité de vie – en plus des répercussions d’un tel projet sur les changements climatiques.

Ce mandat du BAPE a suscité une exceptionnelle participation citoyenne, avec 2580 mémoires déposés, des centaines d’experts entendus et l’acheminement de plus de 900 questions. En plus d’un long travail de consultation virtuelle en raison de la pandémie.

Isabelle Burgun nous aide à mieux comprendre, en compagnie de:

 

Le rapport du BAPE comprend 500 pages et est le fruit d’une participation record. Quelles sont ses réserves sur GNL Québec? À quoi faut-il s’attendre à présent?

Le BAPE a jugé qu’il ne s’agissait pas d’un projet de « transition énergétique » et qu’il entraînerait même une augmentation des gaz à effet de serre, au contraire des affirmations du promoteur. Comment le gouvernement pourrait-il continuer à le justifier?

Le mot béluga a été mentionné 213 fois. Quelle importance ont ces mammifères marins dans l’opposition au projet? Même la municipalité de Tadoussac est venu signifier ses réserves, considérant les risques pour l’écosystème marin exceptionnel dont dépend son économie.

Qu’en est-il de l’accroissement du trafic maritime? Et de l’acceptation sociale? Un sondage Léger mandaté par Nature Québec et mené en mars 2021 auprès de 1000 Québécois a montré que 52% étaient « plutôt défavorables » ou « très défavorables » – particulièrement chez les jeunes et les étudiants, contre 27 % « favorables ».

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter, entre autres, sur CIBO (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor) et CFLX (Sherbrooke). 

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.