Pour cette dernière émission avant Noël, nous voulons vous faire voyager – et même rêver un peu. Le 24 décembre, si tout va bien, la fusée Ariane 5 emportera à son bord le télescope spatial James-Webb. Enfin, diront ceux qui l’attendent depuis plus de 20 ans.

Fichier audio

Tout est géant dans ce projet : le télescope sera en orbite à 1,5 million de km de la Terre (au point de Lagrange L2, où les gravités de la Terre et du Soleil font en sorte que le télescope gardera une position fixe par rapport à  ces deux corps célestes). Il possède un miroir astronomique aussi large qu’un terrain de tennis et des instruments scientifiques susceptibles d’explorer les confins de l’Univers.

Le successeur de Hubble est le fruit de plus de 20 ans d’avancées technologiques et d’un partenariat entre l’Agence spatiale canadienne, la NASA et l’Agence spatiale européenne.

Des chercheurs canadiens ont élaboré un instrument scientifique destiné à étudier aussi bien des exoplanètes que des galaxies lointaines: le NIRISS ou imageur et spectrographe sans fente dans le proche infrarouge.

Isabelle Burgun parle du télescope spatial, et du voyage qu’il va bientôt entreprendre, avec:

Où seront nos invités avant Noël, moment où le télescope doit être lancé de la base de Kourou, en Guyane française? Est-il vrai qu’on ne pourra pas le réparer, à cette distance d'un million et demi de kilomètres? Que pourra-t-il voir, que le précédent télescope spatial ne pouvait pas voir?

Une des missions de Hubble était de voir aussi loin dans le cosmos qu’il était possible de voir. L’une des différences avec James-Webb, c’est que ce dernier peut voir dans l’infrarouge, ce qui lui permet de remonter plus loin dans le temps, jusqu’aux premiers âges de l’Univers, au moment de la formation des premières galaxies. Et un autre aspect, qu’on n’aurait pas cru possible il y a 20 ans, c’est celui des exoplanètes: James-Webb pourrait détecter l’atmosphère de certaines « petites » planètes et en évaluer la composition chimique.

Qu’est-ce que le système de TRAPPIST -1 —une naine rouge composée d’au moins sept planètes— et quelle pourrait être la contribution du nouveau télescope à ce cortège pas si loin de nous —40 années-lumière— et qui attire beaucoup l’attention des astronomes.

Et est-il vrai qu’il faudra être patient, puisque les premières observations ne surviendront que six mois après le lancement, le temps de calibrer tous les instruments?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter, entre autres, sur CIBO (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor) et CHOM (Toronto). 

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.

 

Photo: Le miroir géant du télescope, conçu pour pouvoir être replié à la manière d'un origami, afin de pouvoir prendre place à bord de la fusée Ariane. / 10 juillet 2019 / Chris Gunn / NASA