Une tente a été montée à l’extérieur de l’Insectarium pour l’occasion. Les premiers enfants arrivés trépignent d’impatience, demandant à tour de bras à leurs parents quand est-ce qu’ils vont voir les papillons. Mario Bonneau, animateur de l’événement, apporte une grande cage nappée d’un drap blanc. Elle renferme les stars du jour, une vingtaine de monarques, prêts à recouvrer leur liberté après leur étiquetage. D’un coup, les enfants deviennent beaucoup plus sages et s’asseoient tranquillement pour écouter l’animateur.

Petits et grands, amateurs d’entomologie ou pas, sont séduits par cette séance d’étiquetage de quelques dizaines de papillons à l’Insectarium de Montréal pendant quelques fins de semaine d’été jusqu’au 1er septembre. Ce travail d’experts s'inscrit dans le cadre d'un programme international (Canada, États-Unis, Mexique), qui étudie le phénomène de la migration des monarques.

Durant 40 minutes, Mario Bonneau explique de manière ludique et éducative aux enfants et aux parents, le développement des papillons monarques et leur migration du Canada jusqu’en Amérique centrale. Les monarques portent en effet bien leur nom car ce sont des papillons exceptionnels. Chaque année, dès la fin octobre, ils effectuent un voyage d’environ 4 000 kilomètres. C’est un phénomène unique au monde pour les insectes.

Mario Bonneau n’hésite pas à faire participer les enfants, pour leur plus grand bonheur. « Nous assistons à une expérience scientifique présentement », déclare-t-il en souriant. En montrant comment étiqueter le papillon, il explique l’intérêt de ce travail. Sur un petit autocollant posé à l’endroit le plus solide d’une des ailes, est écrit une adresse courriel, un numéro de téléphone et un numéro de série unique pour chaque papillon. Des fiches de données sont alors établies afin de suivre l’évolution des papillons et pour les protéger. Si vous trouvez un monarque mort avec une étiquette, vous êtes invité à appeler au numéro de téléphone en question, ce qui permet de tenir à jour les données. Chaque année, de 15 000 à 20 000 monarques sont étiquetés.

L’Insectarium participe au programme international depuis 1994. Leur implication est importante car le Québec est à la limite nord de la migration des monarques. Mais tout aurait commencé dans les années 1960 avec les recherches du professeur Fred Urquhart de l'Université de Toronto. Grâce à l’étiquetage des papillons, il a réussi, en 1975, à trouver le lieu où ceux-ci hivernaient. Depuis, 12 autres sites ont été découverts.

Laureen Martin