Les théories du complot ont plus de chances de fonctionner chez ceux qui ont le sentiment de perdre le contrôle sur leurs vies. Ce qui pourrait, du coup, contribuer à faire comprendre pourquoi une personne qui croit à une théorie du complot a plus de chances de croire à une deuxième.

Selon Jan-Willem van Prooijen, de l’Université VU d’Amsterdam, qui a étudié pendant six ans ceux qui croient, ces théories ont tendance à fleurir pendant des périodes d’incertitude économique ou politique — ce qui, déjà, accentue le sentiment de perdre le contrôle sur nos vies. Ces gens, expliquent-ils, essaient d’abord de comprendre et connectent des faits qui ne sont pas nécessairement liés entre eux.

Mais pourquoi passent-ils d’une explication rationnelle — des gouvernants incompétents — à une explication tirée par les cheveux? Parce que c’est rassurant : ça donne l’illusion d’avoir repris un peu de contrôle sur le monde qui nous entoure.

Pour une des deux recherches publiées ce mois-ci dans Applied Cognitive Psychology , son équipe a passé en revue les données d’une étude menée aux États-Unis à la fin de 1999 — alors que la peur du bogue de l’an 2000 était à son plus fort. Plus les gens craignaient une catastrophe imminente, et plus ils étaient enclins à croire aussi à des théories du complot, allant de la mort de Kennedy jusqu’aux extraterrestres en contrôle de l’humanité.