La solution  pourrait être originale pour se débarrasser des montagnes de plastique qui s’accumulent dans les dépotoirs: des larves capables de digérer le polystyrène.

Des scientifiques de l’Université des sciences et des technologies de Corée du Sud affirment du moins avoir identifié une espèce asiatique de coléoptère (Plesiophthalmus davidis) dont la larve en raffolerait.

Le polystyrène est une source importante de pollution puisqu’il ne se biodégrade pas. Ces chercheurs expliquent que cet insecte s’ajouterait ainsi au club select des coléoptères pouvant dégrader ce type de plastique, dont Zophobas atratus, qui avait fait l’objet d’une étude en mars dernier.

Le secret de ces larves résiderait dans leur flore intestinale contenant des bactéries qui brisent les longues chaînes de polystyrène en plus petits fragments. Puisqu’elles se nourrissent de bois en putréfaction, leur microbiome aurait développé la capacité de digérer la cellulose et la lignine, des molécules dont la structure est semblable au polystyrène.

Selon les chercheurs, cette découverte ouvre la porte à de nouvelles stratégies pour éliminer une partie du polystyrène que nous produisons. Il ne s’agit toutefois pas d’une solution parfaite, une larve ne consommant que 34 milligrammes de polystyrène chaque jour.