Est-il exact que les animaux se comportent différemment à l’approche d’un séisme? S’il a toujours été difficile de répondre à cette question avec des animaux sauvages, des biologistes proposent d’étudier le comportement des animaux de ferme.

Ces chercheurs ont installé des senseurs sur des vaches, des moutons et des chiens vivant dans une région d’Italie propice aux tremblements de terre. Ils ont conclu que les animaux étaient plus actifs quelques heures avant les secousses importantes, mais seulement s’ils étaient à l’intérieur d’une étable. Les chiens semblaient les plus sensibles et c’est leur réaction qui causait ensuite l’agitation des vaches.

L’échantillon était tout petit: six vaches, cinq chèvres, deux chiens, etc. Des scientifiques interrogés par le Scientific American, qui n’ont pas participé à cette étude soulignent qu’il est beaucoup trop tôt pour parler d’un lien de cause à effet. Plusieurs événements peuvent agiter les animaux et il faudrait démontrer que ce sont bien les séismes qui sont à l’origine de ces comportements. De plus, la période d’observation, quatre mois, est très courte.

Les auteurs de l’étude le reconnaissent, mentionnant avoir avant tout ouvert des portes pour pouvoir explorer maintenant le phénomène de façon plus contrôlée. Avec l’espoir, un jour, qu’un cheptel puisse servir de système d’alarme…