petrole-brunante.jpg

En lice pour le prix de la nouvelle la moins étonnante de l’année: une étude des propos tenus par les quatre plus grandes compagnies pétrolières conclut qu’elles font du greenwashingde l’écoblanchiment.

Trois chercheurs ont analysé les rapports administratifs des compagnies BP, Shell, Chevron et ExxonMobil publiés de 2009 à 2020, ainsi que les déclarations de leurs dirigeants et leurs dépenses. Résultat: il existe un « décalage » (mismatch) entre les discours sur les énergies propres et la réalité.

En clair, ces quatre compagnies ne posent pas les gestes concrets qui seraient nécessaires pour répondre à leurs promesses de transitions vers les énergies propres. En 2020, autant BP que Shell ont promis d’être carboneutres en 2050 (c’est-à-dire avoir réduit suffisamment leurs émissions de gaz à effet de serre pour être capable de les compenser par des activités telles que la plantation d’arbres).

Elles utilisent certes plus souvent qu’avant des mots-clefs tels que « climat » « transition » et, en anglais, low-carbon. Par exemple, de 2009 à 2020, dans les rapports de BP, « changements climatiques » est passé de 22 à 326 occurrences. Mais dans l’ensemble, ces compagnies demeurent, financièrement, autant engagées qu’avant dans les énergies fossiles.

« L’ampleur des investissements et des actions ne correspond pas aux discours », écrivent les trois chercheurs japonais. L’étude est parue le 16 février dans la revue PLOS One. Une étude séparée de l’Agence internationale de l’énergie estimait qu’en 2020, les investissements dans les énergies vertes des grandes compagnies pétrolières et gazières correspondaient à 1% de leurs dépenses totales.

L’exemple le plus frappant est celui des investissements dans de nouveaux projets d’extraction des carburants fossiles. BP et Shell ont promis de réduire ces investissements. Dans les faits, ils ont augmenté la superficie des surfaces de forages ces dernières années. Tout au plus les deux compagnies européennes —BP et Shell— ont-elles davantage reconnu la science du climat que les deux compagnies américaines.