«N’avale pas ta gomme, c’est dangereux!» Tous les enfants ont entendu cette mise en garde au moins une fois de la part d’un parent. A-t-on raison de jouer la prudence, s’est demandé le Détecteur de rumeurs.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


 

La rumeur

La gomme à mâcher serait tellement résistante et collante qu’elle adhérerait aux parois de l’estomac, parfois pendant des années, selon une croyance persistante. Une autre version prétend que les gommes avalées finiraient par se coller les unes aux autres, au risque de bloquer le système digestif.

 

Les faits

Or, la réalité est tout autre.

Avaler une gomme à mâcher ne vous conduira pas à l’hôpital et il n’y a aucun risque qu’elle colle aux parois de l’estomac ou de l’intestin. Comme tout ce qu’on ingère, elle va simplement être noyée dans le liquide digestif et progresser, de l’œsophage à l’anus, sous l’effet des contractions de l’ensemble du tube digestif, pour être finalement évacuée dans vos selles… presque intacte.

Il est vrai que les ingrédients qui composent votre gomme —un mélange d’élastomères qui la rend élastique, de résines et de cires qui la ramollissent et l’empêchent de coller— ne sont pas digérés à 100 %. Mais cela ne signifie pas qu’ils adhèrent aux parois du tube digestif: à l’instar des fibres alimentaires, ces composés finissent par être poussés vers la sortie.

Par contre, avaler plusieurs gommes à la suite pourrait présenter des risques pour les jeunes enfants. On a rapporté de rares cas d’enfants ayant développé de sérieux problèmes digestifs après avoir avalé des dizaines de morceaux de gomme à mâcher. L’accumulation de gomme peut provoquer chez eux des douleurs au ventre et une constipation, qui disparaîtront lorsque la masse sera évacuée. De tels cas n’ont pas été rapportés chez les adultes.

Le réel danger, particulièrement pour les enfants, reste de s’étouffer en avalant sa gomme. La Société canadienne de pédiatrie recommande d’ailleurs de ne pas leur en donner avant qu’ils aient atteint l’âge de quatre ans.