Que faire quand les techniques de la vulgarisation sont employées par des relationnistes pour faire de la désinformation en science? Quels recours ont les autres professionnels de la communication? Et quelles armes ont les citoyens?

Fichier audio

 

Selon le code d’éthique de la Société canadienne des relationnistes, un relationniste ne doit jamais mentir et doit toujours «divulguer le nom de l’employeur ou du client». On peut donc conclure que le plan de communication de la firme Edelman, le mois dernier, visant à vendre aux Québécois le futur pipeline Energie-Est, commettait de gros accrocs à l’éthique: inventer de toutes pièces des groupes citoyens soi-disant indépendants de la compagnie, recruter discrètement des partisans du pipeline, afin de le vendre dans leurs communautés ou en ligne...

Le problème, explique Yves Gingras, un de nos invités cette semaine, c’est que ce plan de communication, bien qu’il ait été désavoué par la compagnie TransCanada qui a mis fin à sa relation avec Edelman, est similaire à ceux qui ont été utilisés par les compagnies pétrolières depuis les années 1990. Et ces compagnies ont elles-mêmes emprunté ces stratégies de relations publiques aux compagnies de tabac, qui sont parvenues à convaincre pendant 30 ans l’opinion publique qu’il subsistait un «doute scientifique» sur les liens entre tabac et cancer.

Au moment où le Québec a vu apparaître au moins deux panneaux publicitaires payés par un groupe climatosceptique de l’Alberta, que peuvent faire les relationnistes intègres pour empêcher ces dérapages de leur profession? «Rien», répond notre second invité, Alexis Duhamel. Il remonte jusqu’au père des relations publiques, Edward Bernays, dont les stratégies de «propagande» —comme on disait il y a un siècle— font beaucoup penser à celles de ces firmes.

Quelle contre-attaque est possible? Sachant qu’en général, ceux qui répandent ces mensonges ont des poches beaucoup plus profondes que leurs vis-à-vis. Nous en parlons avec...

Nos invités

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.