Dans la série «quand ça va mal»: les scientifiques auraient grandement sous-estimé le réchauffement climatique dans l’hémisphère sud.

La raison: les océans de cet hémisphère auraient emmagasiné, depuis les années 1970, au moins le double de la chaleur produite par l’excédent de gaz à effet de serre qu’on avait estimé jusqu’ici.

Si ces chercheurs ont raison, cela signifie que nous avons sous-estimé l’ampleur du réchauffement à l’échelle planétaire. Cette chaleur est pour l’instant emmagasinée dans l’océan, mais elle n’y restera pas indéfiniment. Pour les océanographes et les climatologues, l’hypothèse n’est pas nouvelle: ils hésitent simplement depuis longtemps à mettre un chiffre précis sur la quantité de chaleur «sous-estimée».