La science a eu sa part de grosses nouvelles, nos journalistes et nos blogueurs ont eu leur part de bonnes idées. Mais quels ont été les textes les plus lus de nos lecteurs?

Les 5 billets de blogues de 2014 les plus lus

1. Comment concevoir des jumeaux (25 avril) par Maman Éprouvette La fréquence des jumeaux varie à travers le monde et l'Histoire. Les scientifiques ont ainsi observé que le taux a diminué entre 1900 et 1980 pour ensuite remonter. Quels facteurs pourraient favoriser la naissance de jumeaux?

2. Découverte d’une vie extraterrestre intelligente d’ici 2040? (10 février) par Jérémy Bouchez Selon l’Institut SETI, nous serions plus près de détecter des extraterrestres que nous ne le croyons.

3. Panique au sujet du Diclectin (18 avril) par Maman Éprouvette Onde de choc. Une étude remet en cause l'efficacité et la sécurité du Diclectin, un médicament utilisé par la moitié des femmes enceintes au Canada pour soulager les nausées et les vomissements.

4. J’irai cracher sur vos tombes (12 décembre) par Bruno Geoffroy Ce billet-ci est dans deux catégories à part: il a été publié dans la foulée de l’annonce de l’élimination des subventions de l’Agence Science-Presse (et de la quasi-totalité du journalisme scientifique québécois). Et bien que publié à trois semaines de la fin de l’année, il s’est hissé dans le peloton de tête de 2014.

5. Anthologie des blogues de science: les billets retenus (16 janvier) par Autour des blogues L’annonce officielle des textes retenus dans la deuxième édition de cette anthologie annuelle rassemblant des billets de blogues de toute la francophonie.

Les articles journalistiques les plus lus

La liste des articles les plus populaires révèle des zones communes entre journalistes et blogueurs —l’astronomie, valeur sûre— mais aussi des divergences: les réactions rapides à l’actualité, ça compte beaucoup. Et une bonne amorce ne peut pas nuire!

1. Le lac à un milliard et demi de kilomètres (4 avril) C’est la nouvelle coqueluche du système solaire: une lune appelée Encelade devient officiellement la troisième sur laquelle dort probablement un lac, dissimulé sous une épaisse couche de glace. Le nouveau fantasme des traqueurs de vie extraterrestre.

2. Climat: toute publicité n’est pas bonne à lire (20 novembre) par Isabelle Burgun «Le soleil est le principal facteur des changements climatiques. Pas vous. Pas le CO2». Affichée en bordure de l’autoroute 40, à Montréal, la publicité payée par une organisation albertaine climatosceptique, Friends of Science, en a étonné plus d'un!

3. Six clefs pour comprendre l’Ebola (9 avril) Faut-il avoir peur du virus Ebola qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest? La réponse courte est Non. Mais pourquoi craint-on autant cette maladie?

4. Etes-vous contrôlé par un parasite? (13 janvier) par Marie-Hélène Jacques Il fait nuit. Les grillons chantent à l’abri dans la végétation. Soudain, l’un d’eux avance d’un pas décidé jusqu’au bord d’une mare et, sans un regard d’adieu pour sa vie terrestre, s’élance dans l’eau. Lui qui ne sait même pas nager! Ce n’est pas le chagrin qui le pousse, mais un astucieux passager clandestin.

5. Éruption : surveillez les aurores boréales (12 septembre) Si les éruptions solaires de cette semaine doivent avoir un impact sur nos vies, ça risque d’être davantage dans l’observation d’aurores boréales que dans l'effondrement de la civilisation.

Et Facebook...

L’Agence Science-Presse est aussi très active sur Facebook. On ne s’étonnera pas que nos 4500 amis aient été suffisamment émus par l’annonce du couperet pour faire de ce billet le plus partagé, le plus aimé et celui avec la plus grande portée de l’année!

Après la coupe aux Débrouillards hier, le couperet est tombé pour nous aussi (12 décembre)

Et en deuxième position pour la portée des partages, ex-aequo avec l’annonce de l’annulation de la coupure:

À quoi ça sert, les maths? (6 août)

Le texte le plus commenté sur le site

La culture scientifique, ça sert à quoi? (17 mars) par Sophie Malavoy, directrice du Coeur des sciences de l’UQAM Être scientifiquement cultivé, ce n'est pas seulement avoir des connaissances sur la science, mais aussi sur la façon de penser en science. Un billet qui a donné lieu à une intéressante discussion sur ce qu’il est important de savoir, pourquoi c’est important, et comment franchir le fossé entre «la science» et le grand public.