L’organisme climatosceptique albertain, Friends of Science, baisse les bras: devant la levée de boucliers au Québec, et sermonné par le conseil canadien des normes de la publicité, il convient que son panneau-réclame installé l’automne dernier à Montréal constituait de la fausse représentation. En compensation, il devra verser 51 978$ pour la relève en journalisme scientifique.

«Nous sautons de joie, c'est une grande victoire contre la désinformation scientifique», a réagi la présidente de l'Association des communicateurs scientifiques (ACS), Binh An Vu Van. L'ACS et des centaines de citoyens avaient déposé en novembre dernier une plainte aux Normes canadiennes de la publicité.

La pénalité imposée à l'organisme arrive à point nommé, à l’heure où le journalisme scientifique québécois s’interroge sur son avenir dans une ère d’austérité.

Le panneau-réclame de Friends of Science, apparu à la mi-novembre au centre-ville de Montréal et au bord de l'autoroute 40 dans l'Est de l'île, proclamait que «le soleil est le principal facteur du réchauffement climatique. Pas vous. Pas le CO2». En réplique, l'ACS avait organisé une campagne de sociofinancement pour afficher son propre panneau.

Dans son mot d’excuses, Friends of Science convient que les Québécois «n’ont pas été convaincus» par ses arguments et que ses allégations reposaient plutôt sur «une recherche Google trop superficielle».

Josée Nadia Drouin, directrice de l'Agence Science-Presse, salue la décision de l'organisme. «Je peux leur assurer que la somme versée servira à produire davantage de contenu journalistique de qualité sur la science du climat, de l'environnement et des poissons.»