Les nuages chercheraient-ils un peu de fraîcheur ? Une étude publiée dans Nature montre que, depuis 1983, ils se sont déplacés vers les pôles et que leurs sommets se sont étendus plus haut dans l'atmosphère.

En observant des données satellites, des chercheurs américains ont constaté que la quantité de nuages au dessus des latitudes moyennes (les zones tempérées) avait diminué, ce qui correspond aux prédictions des modèles climatiques. Ces derniers prédisent en effet les zones sèches vont s'étendre au-delà des régions subtropicales et pousser les tempêtes en direction des pôles. « C'est la première preuve crédible que nous avons de l'effet du changement climatique sur les nuages » affirme Joel Norris, spécialiste de l'atmosphère et coauteur de l'étude. Mais ces changements risquent également d'accélérer le réchauffement climatique, formant ainsi un cercle vicieux. En effet, moins les zones tropicales sont couvertes de nuages, plus elles absorbent l'énergie du Soleil. En outre, des nuages au sommets plus élevés forment une couverture plus épaisse, ce qui augmente l'effet de serre.

- Matthieu Fannière