Les changements climatiques affectent la flore un peu partout sur la planète. Or, ce qui se passe sous le sol permettrait peut-être de prédire comment les forêts réagissent à ces perturbations.

Les racines des plantes sont généralement connectées à des réseaux souterrains de champignons, une association appelée mycorhizes. Ces champignons approvisionnent les végétaux en eau et en nutriments puisqu’ils absorbent le phosphore, capturent l’azote et stockent le carbone dans le sol. Un reportage du magazine Science rapportait récemment que, selon des experts présents à la conférence annuelle de la Société américaine d’écologie, le type de mycorhize déterminerait même la végétation qui poussera à un endroit particulier.

Toutefois, les changements climatiques peuvent affecter les mycorhizes. Leur diversité a diminué ces dernières années en raison du temps plus chaud et plus sec. Cela aurait-il pu permettre de prévoir les effets négatifs subis par les forêts boréales ces dernières années, s’interrogent les chercheurs?

À l’inverse, certains types de mycorhizes peuvent aider les végétaux à résister à la sécheresse, aux inondations et aux infestations d’insectes. Les experts rappellent donc l’importance de tenir compte de ces réseaux de champignons pour permettre aux plantes de surmonter les bouleversements qui les attendent.