En lice pour le prix de la patience: un crapaud de Colombie est capable de s’accrocher au dos de la femelle pendant des semaines, jusqu’à ce que celle-ci soit prête à s’accoupler. On souligne la patience du mâle, qui reste sans manger pendant tout ce temps, mais aussi celle de la femelle, qui doit supporter sa présence.

Ce comportement insolite —que des médias latino-américains ont comparé à une « relation toxique » et pour le moins possessive— est décrit dans une étude publiée en mars dans la revue Animal Behaviour.

Comportement insolite, quoique pas complètement inusité: en biologie, on appelle « amplexus » cette technique d’accouplement par laquelle, chez certains amphibiens, le mâle monte sur le dos de la femelle et s’accroche à elle avec ses pattes, en attendant le moment propice.

Mais la particularité avec l’Atelopus laetissimus, c’est la durée. Les chercheurs ont observé cet « attachement » pendant des périodes variant entre 70 et 135 jours.

En fait, pour le mâle, l’attente peut être si longue que certains meurent de faim sans avoir atteint leur objectif. Il faut préciser qu’il s’agit d’une espèce en voie de disparition, ceci expliquant peut-être cela.

Il y a de toute évidence un avantage évolutif à ce comportement: le premier mâle à avoir mis le grappin sur une femelle avant la période d’accouplement s’assure qu’aucun autre ne pourra transmettre ses gènes. Mais le désavantage est que les mâles doivent faire des réserves de gras auparavant: on estime qu’ils peuvent perdre jusqu’à 30% de leur poids pendant qu’ils sont accrochés —du moins pour ceux qui y survivent.

 

Photo: Maria Camilabasto / Naturalista