À peine la dernière bouchée avalée, nous nous élançons vers la piscine. Mais une recommandation prononcée jadis par nos parents nous arrête : ne va pas te baigner après avoir mangé, tu vas te noyer ! Certains recommandaient de patienter 30 minutes, d’autres jusqu’à deux heures. Le Détecteur de rumeurs a vérifié si une telle attente était justifiée.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


 

L’origine de la rumeur

Selon cette croyance, le sang qui est dirigé vers notre système digestif priverait les muscles des bras et des jambes d’un afflux sanguin dont ils ont besoin pour nager ou flotter. Si nos membres ne reçoivent pas un assez grand débit sanguin, il y aurait donc risque de noyade.

 

Les faits

Il est vrai que le processus de digestion monopolise une certaine quantité de sang pour activer les mécanismes permettant de diriger le repas vers l’estomac et l’intestin et procéder à la transformation des molécules dont nos organes ont besoin. Cependant, le corps possède assez de sang pour assurer le bon fonctionnement de chacune de ses parties, ont conclu les chercheurs depuis longtemps. Par exemple, l’Académie américaine de pédiatrie et la Croix-Rouge américaine en sont arrivées à ce constat dès 2011.

Autrement dit, la digestion ne monopolise pas assez de sang pour empêcher les muscles des bras et des jambes de fonctionner normalement. D’ailleurs, aucun cas de noyade lié au fait d’avoir mangé juste avant n’a été répertorié dans la littérature scientifique.

Le danger le plus souvent signalé est celui d’une crampe musculaire —mais pas une crampe telle qu’elle paralyserait le nageur et l’enverrait au fond de la piscine. Outre cela, des brûlements d’estomac ou des vomissements peuvent survenir lors d’un entraînement particulièrement intense. Le contenu de l’assiette peut aussi influencer le niveau d’énergie et de confort après le repas. Ainsi, un repas riche en gras et en sucres raffinés risque d’accroître l’inconfort en créant une sensation de ballonnement et en augmentant la pression dans la poitrine.

Au-delà de la baignade

Mais ce sont là des symptômes qui ne sont pas propres à la natation. La plupart des sportifs ont l’habitude de cette douleur : un point dans le ventre, juste sous les côtes, qui se déclare pendant un exercice physique. Les scientifiques nomment cette sensation Exercise-related transient abdominal pain (ETAP). Selon une étude menée en 2015 auprès de 1000 sportifs, 75% des nageurs ont eu cette sensation physique désagréable au cours de l’année précédente. Cette douleur abdominale surviendrait plus fréquemment chez les jeunes sportifs, particulièrement chez les moins de 20 ans.

Les activités physiques qui impliquent des torsions du tronc sont particulièrement susceptibles d’entraîner cet inconfort, dont l’équitation, la course et la nage.

Pour prévenir cette sensation désagréable, les chercheurs recommandent donc d’éviter d’ingurgiter de grandes quantités de nourriture au moins deux heures avant un tel exercice physique.

 

Verdict

Même s’il peut être inconfortable de se baigner avec l’estomac plein, sauter dans la piscine moins de deux heures après un repas n’augmente pas le risque de noyade. Toutefois, selon le type d’exercice physique pratiqué, un temps d’attente permettrait d’éviter les malaises intestinaux et les crampes.

 

Photo: Marko Milvojevic / Pixnio