S’il y a un impact des changements climatiques dont on ne parle pas souvent, c’est bien la santé. Pourtant, pas besoin d’être climatologue ou médecin pour comprendre que: qui dit impact sur l’environnement dit impact sur la santé. Il ne faudrait pas attendre d’être cardiaque pour s’en soucier.

Fichier audio

 

Même les médecins prennent en effet déjà pour acquis que le simple fait d’avoir accès à la nature est bénéfique pour la santé. Alors que dire d’un environnement caniculaire, chargé d’événements météorologiques extrêmes et qui ébranlerait nos sociétés?

À la fin d’août, l’Organisation mondiale de la santé tenait à Genève sa première Conférence sur le climat et la santé. Un de nos invités y assistait en compagnie de professionnels de la santé, du climat et du développement. Qui trouvent que les gouvernements n’en font pas assez pour prévenir les problèmes de santé qui nous pendent au bout du nez.

Par ailleurs, le Plan d’action sur les changements climatiques du Québec contient effectivement une page qui fait référence à la santé, dont un engagement à se doter d’une politique de la qualité de l’air. Où en est-on et comment ce plan se compare-t-il avec ce que des médecins souhaiteraient? Les médecins devraient-ils s’engager davantage dans le débat public?

Nos invités :

  • François Reeves, auteur du livre Planète coeur, santé cardiaque et environnement, cardiologue et professeur de médecine à l’UdeM
  • Pierre Gosselin, professeur à l’Université Laval, spécialiste en santé environnementale. À l’Institut national de santé publique du Québec, il coordonne le programme de recherche en changements climatiques

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.