Le temps des Fêtes rappelle traditionnellement l’importance de penser à autrui. Or, plus on donne, plus on a envie de donner… c’est la science qui le dit ! Et c’est le sujet de notre émission de cette semaine.

Fichier audio

Un sujet des plus pertinents en ces temps de pandémie, où dans plusieurs pays, des gens se sont mis cette année à offrir leur temps à titre de bénévoles ou à aider financièrement les organismes de proximité.

Près d’un Québécois sur deux aurait soutenu un organisme de bienfaisance depuis janvier dernier. Certains y participent plus que d’autres —ou plutôt certaines, car ce sont plus souvent les femmes, ainsi que les personnes plus âgées.

Et de fait, plus on donne, plus on a envie de donner, car cela nous rend heureux. Les psychologues l’avaient déjà établi, l’imagerie cérébrale l’a confirmé : être généreux active deux zones du cerveau liées au plaisir et à la récompense.

Isabelle Burgun parle de générosité et de ce temps de pandémie qui vient aussi chercher le meilleur de nous, avec:

  • Martine Pelletier, professeure agrégée au département de communication de l’Université de Sherbrooke. Elle s’intéresse à l’impact des médias et des campagnes de levées de fonds et à la générosité au temps des Fêtes;
  • Julie Fortier, professeure au département d'études en loisir, culture et tourisme de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Co-directrice du Laboratoire en loisir et vie communautaire.

 

Les besoins sont plus grands que jamais avec la crise sanitaire et les problèmes économiques qu’elle entraîne. Les Québécois sont-ils au rendez-vous? Leur engagement a-t-il été différent cette année: dons d’argent, de denrées, de temps?

Plus d’un Québécois sur trois (38%) faisait du bénévolat en 2017, selon le Réseau de l’action bénévole du Québec. Au début de la pandémie, l’appel « Je me bénévole » avait fortement mobilisé les citoyens. Le constate-t-on encore sur le terrain en cette fin d’année? Est-il encore vrai que les femmes sont plus nombreuses à s‘impliquer? Et que la place des jeunes est croissante?

Il n’empêche que les besoins sont très grands. Comment stimuler davantage le don et le bénévolat ? La période des Fêtes est évidemment une opportunité: a-t-elle un impact mesurable sur le reste de l'année ?

Au-delà de l’aide aux plus démunis, au niveau municipal, l’action bénévole des citoyens constitue elle aussi une indispensable ressource pour la vitalité des villes.

Et quelles leçons peut-on tirer de la pandémie?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Aurélie Lagueux-Beloin. Vous pouvez également nous écouter, entre autres, sur CIBO (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor) et CFLX (Sherbrooke). 

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.

 

Image: Les mains de l'entraide. Gordon Johnson / Pixabay