Pas de quoi être fier: le Canada figure en bonne place dans le top 20 des pays responsables des changements climatiques. Si la nouvelle ne surprend guère, le détail de l’étude révèle la contribution de chacun et pointe même sept grands coupables.

En tête de liste les États-Unis, responsables à eux seuls de près du quart du réchauffement climatique, entre 1906 et 2005, comme le montre leur carte ci-contre.

Résultat: une couverture médiatique impressionnante pour cette recherche du professeur au Département de géographie, d’urbanisme et d’environnement de l’Université Concordia, Damon Matthews: The New Scientist , Bloomberg Business Week, The San Francisco Chronicle , Le Devoir , La Presse, mais aussi des publications chinoises, indiennes et italiennes.

Un véritable raz-de-marée médiatique. «Tout le monde semble aimer les cartes. C’est un sujet très intéressant aussi. Nous ne sommes pas les premiers à réaliser ces calculs mais j’ai tenté d’écrire cet article de manière plus accessible que ceux qui ont été faits avant», relève le Pr Matthews.

Si la nouvelle a fait le tour de la planète, les détails de cette étude lèvent le voile sur les émissions atmosphériques (CO2, libération de méthane, etc.) mais également les changements dans l’utilisation des sols, comme la déforestation. «Ce qui explique la bonne place du Brésil aux côtés des pays occidentaux», convient le chercheur.

En s’appuyant sur les données historiques et scientifiques, son équipe est parvenue à recenser les contributions de chacun —autrement dit, la part de chaque pays— au réchauffement climatique. Des données qui, lorsque ramenées à la population, contiennent une implacable sanction. Les États-Unis, la Chine, la Russie, le Brésil, l’Inde, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont responsables de 60% du réchauffement du climat du dernier siècle —les États-Unis à eux seuls, de 20% du réchauffement ou 0,15 Celsius.

Et le Canada?

Le Canada se retrouve en 10e place des plus gros pollueurs, avec des émissions de gaz à effet de serre de 702 mégatonnes (Mt) d'équivalent de dioxyde de carbone en 2011. Par contre, si l’on tient compte de sa population, il grimpe au 3e rang, derrière les États-Unis et la Grande-Bretagne. «Ce qui montre qu’il y a une grande disparité entre les pays riches et les pays pauvres», confirme le chercheur.

Alors que le gouvernement canadien vient de revoir à la baisse ses objectifs de réduction d’émissions, choisissant plutôt une approche sectorielle, les experts du GIEC (Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat) estiment que pour contenir la hausse mondiale du climat à 2 degrés C, la quantité de CO2 libérée par l’homme dans l’atmosphère devrait ne pas excéder 1000 gigatonnes. Cela fait déjà deux ans que le Canada s’est retiré du Protocole de Kyoto fin 2011.

Le gouvernement canadien tient justement en ce moment une consultation pour renouveler sa stratégie en matière de sciences, de technologie et d’innovation. Une bonne occasion de remettre les changements climatiques à l’ordre du jour?